L’état de santé de Moïse Katumbi plus grave qu’on le croyait?

Quelques heures après l’autorisation de la justice congolaise, l’opposant Moïse Katumbi a décollé de l’aéroport de la Luano à Lubumbashi, pour l’Afrique du Sud. Son état de santé serait, d’après son entourage, grave.

Dans la journée, Alexis Thambwe Mwamba, le ministre congolais de la Justice, avait fait une déclaration au cours de laquelle il a fait savoir que “Moïse Katumbi a sollicité une mise en liberté provisoire couverte par un certificat médical qui dit qu’il a besoin de soins appropriés à l‘étranger. Le procureur a accédé à cette demande et l’a autorisé à partir.” Thambwe Mwamba a aussi ajouté que l’opposant “peut partir à tout moment, toutes les dispositions sont prises. “

Le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, a dit pour sa part qu’ “il y a des conditions [pour M. Katumbi], notamment ne pas s’exprimer bruyamment sur le dossier entre les mains de la justice.”

C’est ce jeudi que la justice de la RDC avait annoncé l’ouverture d’un procès contre le propriétaire du Tout-puissant Mazembé, le célèbre club de football. Moïse Katumbi s’est déclaré candidat à la présidentielle de décembre prochain, contre l’acuel président congolais Joseph Kabila qui lui, ne s’est pas encore prononcé sur sa candidature. A ce sujet, un récent arrêt judiciaire l’autorise à se maintenir au pouvoir, au-delà du terme de son mandat fin 2016, si l‘élection n’est pas organisée.

Selon la gravité des chefs d’accusation retenus contre lui, M. Katumbi, richissime homme d’affaires de 51 ans, encourt la peine de mort (systématiquement commuée en prison à vie en vertu d’un moratoire sur l’application de la peine capitale en RDC).

Anciennement allié de choix de Joseph Kabila (au pouvoir depuis 15 ans), Katumbi a basculé dans l’opposition, au moment même où il démissionnait de son poste de gouverneur de la province du Katanga, située au sud-est du pays. Province démantelée depuis la démission de l’opposant qui, au moment de sa démission, accusait Kabila de vouloir tripatouiller la Constitution congolaise dans le but de s’accrocher au pouvoir.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire