Matonge, le quartier qui a vuj grandir Papa Wemba baigne dans une ambiance sans précédent depuis la mort de cet artiste.

Depuis la mort de Papa Wemba, le quartier Matonge dans la commune de Kalamu s’est transformé en une grande kermesse, la parcelle A 42 de l’avenue Kanda Kanda qui a vu grandir cet artiste quant à elle est devenu un sanctuaire.

On se croirait à un lieu de pèlerinage où tout le monde voudrait accéder et mourir saint.

Ça bouillonne partout dans les rues. Notamment celles environnant Kanda Kanda qui forment avec Masimanimba Oswe, Lokolama et Inza le célèbre Village Molokaï qui n’est autre que la juxtaposition des premières lettres de ces noms d’avenues, (sauf Lokolama avec la première et la 2ème lettres).

Des va et vient, des vacarmes de la musique de Papa Wemba et aussi des bistrots inondés de matin, en plein midi comme de nuit.

Ambiance non stop

Au coin de l’avenue dite « Madiakoko » et Kanda Kanda une entreprise, brassicole de la place y a placé un podium. C’est celui –ci qui reçoit les artistes et groupes appelés à animer les veillées mortuaires et autres activités diurnes.

Plusieurs dizaines de chaises en plastiques sont étalées sur plus de 200 mètres, pour recevoir les personnes qui viennent pour pleurer Kuru Yaka.

Pas avec les larmes aux yeux mais des commentaires divers sur les circonstances de sa mort.

L’ambiance est non stop. La boisson coule à flot. Les mets aussi. Non seulement autour de ce podium mais dans plusieurs autres bistrots, certains de fortune. Car le malheur des uns faisant le bonheur d’autres, c’est tout le monde qui s’improvise commerçant à Matonge. Mais dans chaque parcelle, il des rameaux en signe de deuil. Il y a aussi des banderoles déplorant la disparition de cet homme.

Pour faciliter l’entrée à Kanda Kanda un engin de l’Office des voiries et drainages (OVD) a été mobilisé pour niveler l’avenue Kanda Kanda, déposant et répandant au A 42, un tas de caillasse. On peut y voir aussi des tentes qui y ont été dressées pour recevoir les visiteurs.

De même que pour leur part, les employés de la Régie urbaine de travaux publics de Kinshasa sont à pied d’œuvre pour badigeonner les murs des parcelles de cette avenue.

La frime

Question de leur offrir une bonne fraicheur.

«Sous d’autres cieux, l’on procéderait à l’asphaltage rapide de l’avenue Kanda Kanda.

Car de gens viendront de loin comme les membres de cet orchestre japonais que Papa Wemba a formé et qui chantent en lingala qui viendront visiter le Village Molokaï», criait un badaud.

La confusion est totale. On y rencontre non seulement des Congolais de deux rives, ceux de Brazzaville traversent massivement le fleuve depuis quelques jours pour rendre les derniers hommages à leur idole- mais aussi des Occidentaux.

La frime bat son plein avec les sapeurs qui font des démonstrations et autres exhibitions des vêtements et des chaussures. Des spectacles à couper le souffle. En dépit de la mystérieuse pluie qui a arrosé uniquement la communes de Kalamu et ses environs jeudi en fin de l’après –midi, le quartier Matonge ne s’est pas vidé de ses envahisseurs.

Les drapeaux de la Rdc et aussi ceux des pays amis censés se représenter à Kinshasa à l’occasion des funérailles de Papa Wemba se vendent aussi bien. Il ne faut pas oublier les photos de l’artiste défunt que les mélomanes portent comme badge.

Des éléments de la Police effectuent la patrouille même la journée. Question de parer à toute éventualité de dérapages.

Boni Tsala/MMC