Papa Wemba: « Kourou » s’est, finalement, tué!

A 66 ans, Papa Wemba était l’une des têtes d’affiche d’un grand festival organisé à Abidjan, où il a fait un malaise sur scène, hier soir.

Roi de la rumba congolaise, fou de mode et de beaux vêtements, Papa Wemba, mort dans la nuit du samedi 23 au dimanche 24 avril à Abidjan, était depuis plus de 40 ans un des chanteurs africains les plus populaires.

Voix haut perchée et personnalité flamboyante, le « rossignol » Papa Wemba était une des grandes figures de la rumba congolaise et le prince de la SAPE (Société des Ambianceurs et des Personnes Elégantes), mouvement dont il a été l’un des initiateurs au Zaïre dans les années 70 et qui se caractérise par les plus grandes audaces vestimentaires.

Chef coutumier autoproclamé

Né Jules Shungu Wembadio Pene Kikumba le 14 juin 1949 dans la région du fleuve Kasaï (sud du Congo belge), Papa Wemba tenait sa passion du chant de sa mère, une « pleureuse » qu’il accompagne aux veillées funèbres alors que son père préférerait le voir devenir avocat plutôt que musicien.

Vous aimez cet article ?Inscrivez-vous à la Newsletter de l’Obs

Après des débuts dans des chorales religieuses, où il forge sa voix haute, très caractéristique, il arrive à Kinshasa à la fin des années 60 où, influencé comme toute sa génération par la culture anglo-saxonne, il prend le pseudonyme de « Jules Presley ».

Il participe, en 1969, à la création d’un des principaux groupes zaïrois des années 70, Zaïko Langa Langa, qui dépoussière la rumba traditionnelle (style né à la fin des années 40, qui combine rythmes afro-cubains et chants congolais) en y introduisant des rythmes rock et des sonorités électriques.

Papa Wemba crée le groupe Viva La Musica en 1977. C’est alors une star en Afrique centrale. Il fonde le village de Molokaï, près de Kinshasa, dont il s’autoproclame chef coutumier.

Sa musique est un exutoire pour la jeunesse

Dans les années 80, avec l’émergence de la « world music », les producteurs européens s’intéressent à lui. Ses séjours en France sont de plus en plus fréquents. Au Zaïre, sa musique est un exutoire pour la jeunesse, même s’il refuse de jouer tout rôle politique.

Papa Wemba s’installe en France en 1986 alors que sa renommée touche même le Japon, emballé par ce dandy africain qui s’habille chez les grands couturiers.

Il commence à toucher un public élargi, grâce notamment à un album « world music » produit par le Français Martin Meissonnier en 1988 qui marie sonorités africaines et occidentales.

Au début des années 90, il se lie avec Peter Gabriel (ex-chanteur de Genesis, qui a lancé son label RealWorld), dont il assure les premières parties.

Papa Wemba sort trois disques sur le label RealWorld, élaborés pour le public occidental, alors que, parallèlement, il publie d’autres oeuvres plus ciblées sur la communauté africaine. Il ne rencontre cependant pas le succès d’autres stars africaines en Europe ou aux Etats-Unis, comme par exemple le Sénégalais Youssou N’Dour.

Condamné pour aide au séjour irrégulier d’étrangers

Sa carrière internationale a perdu un peu de son éclat après la fin de son contrat RealWorld, en 1999. D’autant qu’il apparaît alors davantage dans la rubrique faits divers au début des années 2000 avec une condamnation en France pour aide au séjour irrégulier d’étrangers sous couvert de ses activités musicales. Il a passé plus de trois mois en détention préventive en 2003 dans le cadre de cette affaire.


(HADJ/SIPA)

Mais ce père de six enfants restait une grande star enAfrique.


(REMY DE LA MAUVINIERE/AP/SIPA)

Il était de tous les événements musicaux majeurs concernant le continent, chantant notamment en l’honneur des 90 ans de Nelson Mandela en juin 2008 à Londres. A 66 ans, il était une des têtes d’affiche du Femua, grand festival organisé à Abidjan où il a fait samedi soir un malaise sur scène.

(Avec AFP)

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire