Cinquante kilos d’ivoire ont été saisis jeudi 17 mars à Kinshasa par les services de sécurité de la République démocratique du Congo (RDC). Le lot est le « fruit d’un braconnage récent », a indiqué Joe Kasongo, coordonnateur de l’ONG congolaise Juristes pour le renforcement et l’application de la loi dans le secteur de l’environnement. Plusieurs trafiquants ont été arrêtés.

En février, trois hommes présentés comme les chefs d’un important réseau de trafic d’ivoire en RDC avaient été arrêtés par les forces de l’ordre. Leur procès est en cours devant le tribunal de grande instance de Kinshasa.

Selon l’Institut congolais pour la conservation de la nature, ces arrestations interviennent dans le cadre d’un programme de lutte contre le trafic d’ivoire soutenu par plusieurs partenaires étrangers, dont le Fonds mondial pour la nature (WWF) et l’African Wildlife Foundation .

Entre 20 000 et 40 000 pachydermes sont tués chaque année en Afrique pour alimenter un trafic mondial d’ivoire à destination essentiellement de la Chine et de l’Asie du Sud-Est, faisantcraindre la disparition à l’état sauvage d’un animal symbole du continent.

Pays de plus de deux millions de kilomètres carrés, la RDC abrite à la fois des éléphants de plaine et des éléphants de forêt.

Avec AFP