Katumbi : « En RDC, c’est plus qu’une dictature »

L’ex-gouverneur de la province du Katanga, dans le sud-est de la République démocratique du Congo (RDC), Moise Katumbi Chapwe, devenu opposant au président Joseph Kabila, s’est attaqué au chef des services des renseignements pour dénoncer les « restrictions de libertés » dont il s’estime victime après un nouvel incident qui s’est produit mercredi, rapporte jeudi la presse.

M. Katumbi, un riche homme d’affaires, et sa famille ont été débarqués mercredi d’un avion qui devait les amener de Lubumbashi (le chef-lieu de la nouvelle province du Haut-Katanga) à destination de Kashobwe, son village natal.

« Ils n’ont pu reprendre place à bord de l’aéronef que deux heures plus tard à la suite d’âpres tractations qui n’ont rien donné quant à l’infraction commise par l’ancien gouverneur du Katanga. Ce énième harcèlement fournit la preuve, une fois de plus, de l’intolérance politique à l’endroit du président du TP Mazembe (le club de football qu’il possède, nldr) », écrit le journal ‘Le Potentiel’.

En réaction, M. Katumbi a adressé une sévère mise en garde au patron de l’agence nationale des renseignements (ANR), Kalev Mutond, le tenant pour responsable de ce qui arriverait à lui ou à ses proches, dans une vidéo posté sur le site d’informations 7sur7.cd.

« Le directeur de l’ANR interdit que je puisse aller dans mon village. Je ne sais pas s’il a le droit. La fois passée, il a interdit un vol médicalisé en provenance de l’Afrique du sud », a affirmé l’ex-gouverneur, qui a quitté le parti présidentiel et s’est rapproché du G7 (un groupe de sept partis ayant claqué la porte de la Majorité présidentielle en septembre).

« C’est plus qu’une dictature », a ajouté M. Katumbi.

Depuis son départ du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD), la formation du président Kabila, M. Katumbi a été victime de nombreuses « tracasseries », comme un étrange accident de la route le 21 janvier dernier à Lubumbashi, la fermeture de deux de ses médias, Nyota TV et Radio télévision Mapendo, et le blocage par la douane congolaise de 25 camions qu’il avait loués pour transporter des produits miniers vers la Zambie voisine, selon ‘Le Potentiel’.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire