Il s’apprête à solliciter les suffrages des Congolais pour succéder à Joseph Kabila avec l’ambition de régler les problèmes du pays, mais déjà Moïse Katumbi demande aux Congolais de se remettre plutôt à Dieu à raison d’une prière de 2 minutes tous les midis pendant 3 mois. Objectif : « le respect de la Constitution et des délais constitutionnels ainsi que le retour de la paix dans l’Est. » Si le Bon Dieu avait pensé qu’il avait soldé son compte avec les humains en envoyant son fils mourir pour sauver l’humanité, il est invité à se raviser et à s’occuper de la RDC. Des fois qu’il aurait un deuxième fils outre Jésus Christ, la RDC serait preneuse.

S’il n’avait pas fait ses preuves comme gouverneur du Katanga, la plus riche province de la RDC, et s’il n’avait pas, à son actif, la gestion la plus rationnelle et la plus fructueuse d’un club de football sur le plan continental, Katumbi Moïse passerait pour un illuminé, une sorte de Ne Muanda Nsemi en version candide. Les Congolais devraient prier pour que l’action lancée par le challenger de Joseph Kabila ne soit qu’une communication politique racoleuse dans un pays où l’espérance en Dieu permet de tenir. Car penser que Dieu doit se mêler des bisbilles autour du respect du calendrier électoral relèverait d’une inquiétante naïveté qui pourrait camper au sommet de l’État.

Large consensus sur le super placebo

La seule chose que les Congolais ont réellement en partage c’est le Bon Dieu. La RDC et les richesses qu’elle renferme sont essentiellement partagées entre une minorité et quelques vautours complices à l’étranger. Dieu est ce placebo administré à tout va par la majorité présidentielle, la radio-télévision nationale, l’industrie des églises de réveil et l’opposition. Moïse Katumbi ne peut ainsi se prévaloir d’être le seul à donner Dieu sur ordonnance. En juin 2010, Olive Lembe Kabila avait décrété un jeûne de 3 jours afin« d’implorer la miséricorde divine afin que l’Éternel veuille bien pardonner au peuple de la RDC tout ce qu’il a fait qui ne lui a pas plu ». Défense d’en rire car à la rupture du jeûne, la première dame était triomphante :« Je remercie notre Dieu, le Tout Puissant qui nous a répondu. Je crois que le mur de Jéricho de la RDC est bel et bien tombé. Tous les liens sont brisés. Nous allons vivre un nouveau départ dans ce pays que Dieu nous a donné. »

Les gens de peu de foi comme moi sont priés de circuler, il n’y a rien de scandaleux.|Botowamungu Kalome (AEM)