Joseph Kabila renforce sa sécurité

Joseph Kabila vient une fois de plus de sortir les muscles pour calmer les ardeurs de l’opposition congolaise alors qu’elle tentait ce 19 janvier 2016 de commémorer l’an 1 de la répression des manifestations contre la révision de la loi électorale. La police s’est mise aux trousses des éventuels manifestants en prenant d’assaut le lieu de la marche, a-t-on appris de RFI.

Interdiction de manifester

Joseph Kabila a estimé qu’une manifestation de l’opposition pourrait à coup sûr mettre à mal la paix sociale. Le chef de l’Etat congolais a déployé les forces de sécurité empêcher que l’ordre public soit troublé car les manifestants n’ont pas eu l’autorisation des autorités, selon les explications des membres du pouvoir en place à Kinshasa. A l’origine du déploiement de tout ce dispositif de sécurité, une manifestation de l’opposition avait été annoncée depuis quelques jours en vue de se remémorer la répression qui avait suivi le meeting pour protester contre le vote d’une nouvelle loi électorale.

Postée à tous les endroits stratégiques censés abriter les manifestations, la police congolaise est allée jusqu’à s’introduire dans des paroisses catholiques, intimant même l’ordre au clergé de ne pas célébrer de messe en l’honneur de cet incident survenu il y a un an de cela.afin de museler les récalcitrants. Les prêtres n’ont pas hésité l’attitude des hommes en armes comme une violation de la liberté de confession. Vingt-cinq personnes qui se trouvaient à l’intérieur d’un bar choisi pour accueillir une conférence-débat sur ces événements malheureux de l’an dernier auraient été arrêtées par la police. Cette opération s’est poursuivie dans d’autres lieux de la capitale.

Pour rappel, le 19 janvier 2015, plusieurs dizaines de personnes avaient été tuées à Kinshasa lors des manifestations contre la révision de la loi électorale projetée par le pouvoir en place. En effet, le président Kabila qui est rattrapé par la limitation des mandats veut faire souhaite briguer un troisième mandat cette année.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire