Le caractère « mystérieux » de Kabila agacerait ses proches

Dans sa dernière livraison du 27 décembre 2015 au 10 janvier 2016, l’hebdomadaire «Jeune Afrique » publie à sa Une : Ils feront l’Afrique en 2016.  Parmi ceux (personnalités) qui feront le continent cette année à en croire la publication du Magazine, il y a Joseph Kabila.

 Ce qui étonne, c’est la façon dont le Chef de l’Etat rd-congolais est présenté. Selon «Jeune Afrique», à 44 ans, le Président rd-congolais cultive de plus en plus son côté énigmatique enveloppé d’un mystère. Et de poursuivre, c’est l’ancien président français Jacques Chirac aujourd’hui malade et hospitalisé, à en croire les déclarations de sa famille biologique qui, avait l’habitude de désigner Joseph Kabila en ce terme.

Alors qu’il est fin mandat, Joseph Kabila laboure plus que jamais sa nature profonde (sécrète, imprévisible, déroutante et impénétrable). Même sa famille politique et son entourage n’arrivent pas à percer le mystère Kabila. Un proche collaborateur du président de la Ligue des jeunes de la Convention des Congolais Unis-CCU-formation politique de Lambert Mende, ministre rd-congolais des Médias, avait fait indiquer à la rédaction de C-News qu’il arrive que l’initiateur de la CCU déplore le côté mystère de Kabila.

« Il ne nous dit absolument rien», rapporte souvent Mende à ses proches collaborateurs, a déclaré notre contact. Que Mende dise ça de Kabila, ça voudrait dire que l’homme reste un mystère difficile à pénétrer. Pour le Magazine africain édité à Paris, Joseph Kabila aura rejoint le club des jeunes africains retraités de l’histoire.

Et de conclure, face à ce mystère qu’entretient Joseph Kabila, des leaders de l’Opposition regroupés au sein des différents regroupements politiques refusent de souscrire à sa thèse et menacent de lancer dans des actions d’appel à la désobéissance civile pour conjurer tout glissement.

Pendant ce temps, Joseph Kabila joue au nationalisme vantant des grands travaux et des questions liées à la sécurité nationale. Selon François Soudan, auteur de l’article, quel que soit l’issue lui réservé, Kabila reste persuadé que 2016 ne va pas s’écrire sans lui et moins encore contre lui.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire