Les députés de l’opposition décident de boycotter le discours de Kabila au Parlement

Les députés de l’opposition congolaise ont décidé de boycotter le discours du président Joseph Kabila sur l’état de la nation, prévu lundi, devant les deux chambres du Parlement à Kinshasa.

« Nous, avec nos alliés au parlement, avons décidé de ne pas prendre part à cette cérémonie qui n’a pas trop d’importance pour nous, car il y’a pas la volonté du respect des règles démocratiques au sein de la majorité qui gouverne le pays », a décalé à Xinhua le député de l’Union pour la nation congolaise (UNC), Crispin Mbindule.

A en croire Crispin Mbindule, la priorité pour l’opposition reste l’organisation des élections dans le délai constitutionnelle, et non le dialogue politique convoqué par le président Kabila.

« Nous savons ce qu’il va dire et ce qu’il pense dire. Et pour nous le dialogue politique ne fait pas partie de notre agenda, et nous ne changerons pas notre position », a-t-il ajouté.

Ces députés de l’opposition justifient également leur mécontentement du blocage systématique par les députés de la majorité du contrôle parlementaire visant certains membres du gouvernement.

L’UNC, dirigé par Vital Kamerhe, un ancien collaborateur proche de Kabila, est la troisième force politique de l’opposition avec au moins 18 députés.

Vital Kamerhe a exprimé sa volonté clair de ne pas participer au dialogue politique convoqué par Joseph Kabila en vue de pallier les différends qui règnent encore au sein de la classe politique avant les échéances électorales prochaines.

Selon M. Crispin, lors de la consultation de l’envoyé spécial de l’ONU, Saïd Djinnit, le bureau politique de l’UNC a aussi exprimé sa volonté de ne pas participer au dialogue politique.

La plupart des opposants accusent Joseph Kabila de vouloir aller au-delà de son mandat qui prend fin théoriquement le 30 novembre 2016.

Selon des sources proches de l’opposition au sein du Parlement, les députés membres du G7 ont également été instruits pour boycotter le discours du président Kabila.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire