Mbusa Nyamwisi accuse Kabila d’être « le vrai chef des ADF-Nalu »

Dans une interview avec la journaliste Coralie Kienge pour le site internet  « La Voix de l’Afrique au Canada », Mbusa Nyamwisi accuse Joseph Kabila d’être « le chef des ADF-Nalu » (groupe rebelle ougandais qui sévit dans l’Est de la RDC), et lui demande de respecter la constitution, ou de démissionner.

Dans la même entrevue, qui a eu lieu deux jours après le discours du président Joseph Kabila sur le dialogue politique, M. Mbusa Nyamwisi affirme avoir  » décidé de joindre sa voix pour alerter le peuple congolais du danger que représente Joseph Kabila », avant d’ajouter  » surtout dans sa complicité dans les massacres de l’Est de la RDC ».

Depuis 2014, l’ancien ministre Mbusa Nyamwisi, originaire du territoire de Beni, a toujours mis en cause la version officielle des massacres survenus dans ce territoire et attribués par les autorités aux rebelles ougandais des ADF-Nalu. Pour lui, l’armée congolaise n’a pas fait preuve que d’incompétence. L’ancien patron de la rébellion RCD-KML avait, à l’époque, accusé le général Mundos, le commandant de l’opération Sokola censée lutter contre les ADF-Nalu, d’être le complice des rebelles. Mbusa Nyamwisi exigeait alors une enquête indépendante, qui n’aura jamais lieu.

« Dans l’armée, il y a des soldats qui se battent contre les ennemis, mais il y en a d’autres qui sont de connivence avec ces mêmes ennemis. Cette affaire de l’insécurité à Beni est un arbre qui cache la forêt » a déclaré jeudi 3 décembre à Radio Okapi, le président du RCD/KML, Antipas Mbusa Nyamuisi.

L’opposant se demande notamment comment l’identité des auteurs des massacres contre les populations civiles n’est toujours pas connu alors qu’on enregistre des tueries depuis une année.

« Avec plus de 600 personnes massacrées, avec des ressources de l’Etat gaspillées, avec les Nations unies qui subissent les attaques, jusqu’aujourd’hui, on ne sait pas donner les identités des assaillants », indique Antipas Mbusa Nyamuisi.

Il demande pourquoi les ADF retenus prisonniers ne sont pas interrogés sur leur identité.

Le président du RCD/KML déplore le fait que des Congolais continuent à compter des morts à Beni où une nouvelle attaque a été enregistrée le week-end dernier. Vingt-quatre personnes ont été tuées.

Et l’opinion de se demander pourquoi une connivence avec celui qui tue nos frères et sœurs sans raison. Jusque quand va durer ce massacre et arrêter ces tueries ? Les sangs de congolais ne doit pas continuer à être versé comme ça. Un jour ce sang va crier vengeance.

Par LRP

 

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire