Le président Joseph Kabila a confirmé samedi soir la tenue d’un dialogue national avant les élections présidentielle et législatives prévues en novembre 2016.

Dans un discours à la nation diffusé par la télévision nationale, il a dit avoir “décidé ce jour de la convocation d’un dialogue politique national inclusif et de la mise en place subséquente d’un comité préparatoire pouvant régler tous les aspects liés à son organisation”.

Kabila n’a pas précisé le calendrier de travail ni la composition de ce “comité préparatoire”.

Au pouvoir depuis l’assassinat de son père, Laurent Kabila, en 2001, Joseph Kabila a remporté les deux présidentielles qui ont suivi, en 2006 et 2011. La Constitution lui interdit de briguer un mandat supplémentaire.

La plupart des partis de l’opposition congolaise se sont dissociés de cette idée de “dialogue national”, qui courait de longue date. Ils redoutent que Kabila ne s’en serve pour justifier son maintien au pouvoir en différant les scrutins prévus l’année prochaine ou en formant un gouvernement de partage du pouvoir.

Le président de la RDC n’a rien dit publiquement de ses intentions. Un porte-parole a rapporté qu’il entendait respecter la Constitution, mais certains de ses alliés ont récemment prôné de repousser les élections de quatre ans pour permettre de mettre à jour les listes électorales.

En l’état, une douzaine de scrutins locaux, régionaux et nationaux sont prévus avant la présidentielle du 27 novembre 2016.

Depuis son indépendance, en 1960, l’ex-Zaïre n’a jamais connu d’alternance politique pacifique.