Exclusif: Kabila demande l’aide « politique et militaire » de Mugabe pour se maintenir au pouvoir!

DIRECT.CD — Des informations concordantes des médias et des hauts responsables du gouvernement zimbabwéens affirment que le président Joseph Kabila s’est rendu à Harare pour demander de l’aide à son homologue, le président Robert Mugabe, dans le but contourner l’exigence constitutionnelle qui lui interdit un nouveau mandat à la tête de la République démocratique du Congo.

Au pouvoir depuis janvier 2001, à la suite de l’assassinat de son père, LD Kabila, le président Joseph Kabila visitait la capitale zimbabwéenne la semaine dernière.

Après deux réélections contestées, en 2006 et en 2011, Joseph Kabila ne peut, selon la constitution de la RDC (article 220) qui le stipule clairement, briguer un troisième mandat à l’issue de l’actuel qui se termine en décembre 2016.

«La forme républicaine de l’État, le principe du suffrage universel, la forme représentative du Gouvernement, le nombre et la durée des mandats du Président de la République, l’indépendance du Pouvoir judiciaire, le pluralisme politique et syndical, ne peuvent faire l’objet d’aucune révision constitutionnelle », peut-on lire à l’article 220 de la Constitution de la RDC.

Malgré cela, Kabila a tenté et tente de prolonger son séjour au pouvoir.

La première tentative a été opérée en Janvier 2015, lorsque le président congolais a suggéré que les élections présidentielles et législatives doivent être organisées après la compilation d’une nouvelle liste électorale. Sa proposition avait provoquée des manifestations violentes qui ont conduit à plus de 40 morts à Kinshasa.

La semaine dernière, Kabila et le président Robert Mugabe, du Zimbabwe, se sont réunis au State House, la maison présidentielle à Harare, où ils ont tenu des réunions à huis clos.

Des sources ont indiqué que Kabila, dont les voisins au Burundi et au Rwanda ont récemment ont entérinés un troisième mandat, a demandé l’aide du Zimbabwe pour l’aider à prolonger son séjour au pouvoir en manipulant la constitution.

« Kabila est sous pression alors que son mandat prend fin en Décembre 2016, avec les tensions et l’escalade de la violence chaque jour», a déclaré un haut responsable du gouvernement via le site zimbabwéen ZIMBABWE INDEPENDANT.

« La sécurité de M. Kabila est assurée par le personnel de renseignement du Zimbabwe »

« Il a révélé à Mugabe comment il essaie de mettre en œuvre d’importantes réformes électorales qui comprennent la délimitation des 11 provinces du pays. Ce processus a déjà abouti à la création de 26 provinces. Kabila veut aussi le création d’un nouveau fichier électoral qui lui sera favorable, en plus d’avoir un nouveau courant politique, faussement attribué à l’Opposition, et dont le but est de gagner du temps afin de retarder les élections de décembre 2016 ».

arton185

Outre la demande d’assistance dans l’application des réformes électorales, rapporte la source, Kabila bénéficie également les services de la « Central Intelligence Office”, l’agence zimbabwéenne chargée de renseignement, qui lui fournira de l’assistance sécuritaire et militaire.

« Actuellement, le bureau de M. Kabila est occupé par le personnel de renseignement du Zimbabwe. Ils étaient là peu de temps après la mort du père de Kabila. Certains sont revenus, mais depuis 2009, le Zimbabwe les a redéployé. »

« Nous avons parlé de la région et du Congo, particulièrement des relations entre le Zimbabwe et la RDC que nous voulons continuer à les renforcer et à les consolider dans les domaines aussi divers que l’économie, la politique et la défense », a déclaré le Chef de l’Etat congolais  à l’issue de son entretien avec son homologue zimbabwéen.

« Notre processus politique se poursuit, lequel va déboucher sur le dialogue et plus tard sur les élections. « Nous sommes constants. J’ai invité le Président à venir à Kinshasa, de même que je vais revenir au Zimbabwe bientôt », a-t-il poursuivi.

S’adressant à des journalistes après avoir rencontré Kabila, Mugabe a déclaré: « Mon frère ici nous a rendu visite … Il a rendu compte de la façon dont ils sont eux-mêmes organisés politiquement afin d’unir les gens et organiser les élections nationales et locales ».

Eldred Masunungure, un universitaire zimbabwéens, spécialiste en sciences politiques, affirme que secret entourant les pourparlers entre Kabila et Mugabe est inquiétant.


-7

« On nous a dit qu’il est venu en tant que président adjoint de l’Union africaine, mais la nature secrète des négociations soulève les sourcils », a déclaré Masunungure via le site du journal zimbabwéen THE INDEPENDANT.

« Si c’était pour l’Union Africaine, alors il n’y avait aucune nécessité de tenir des réunions à huis clos. Mugabe peut être un parrain de tous ceux qui veulent manipuler les systèmes afin de se maintenir au pouvoir en raison de son expérience, » dit-il.

Ceci est, cependant, pas la première fois que la RDC demande de l’aide du Zimbabwe.

En 1998, le Zimbabwe a envoyé des milliers de troupes en RDC pour aider à défendre le père de Kabila, quand son régime était sur le point de tomber aux mains des rebelles soutenus par le Rwanda et l’Ouganda.

La Rédaction Direct.cd

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire