DIRECT.CD — L’ex gouverneur de l’ex province du Katanga dénonce la répression de la marche des étudiants qui a fait un blessé à Kinshasa.

Une nouvelle manifestation d’étudiants en république démocratique du Congo. En moins de trois jours, le pays connait deux mouvements de protestation d’étudiants. Après les étudiants de l’Institut national du bâtiment et travaux publics qui ont manifesté lundi 16 novembre dernier, c’est le tour des étudiants de l’Institut supérieur d’architecture et d’urbanisme.

Ils ont pris d’assaut ce mercredi 18 novembre, la rue de la Libération juste devant leur établissement. Le motif de ce mécontentement reste le même que celui des étudiants de  de l’Institut national du bâtiment et travaux publics. Ils dénoncent une augmentation des frais d’inscription.

La répression policière a été immédiate. A coup de gaz lacrymogène, des tirs de sommation, les forces de l’ordre ont tenté de disperser cette manifestation d’étudiants. Après le retour au calme, il n’y a pas eu de blessés graves ni d’arrestation. Mais les dégâts matériels restent visibles tout au long de la rue de la Libération.

L’ex Gouverneur de l’Ex-Katanga, Moise Katumbi condamne la répression, tout en appellant au respect de la liberté d’expression.
“Condamnation totale de la répression des manifestations à Kinshasa hier qui illustre encore l’absence de liberté d’expression en RDC. Les étudiants sont l’avenir de la RDC; la formation doit demeurer accessible et être de qualité pour déboucher sur perspectives d’emploi “, a-t-il  déclare via son compter Twitter.

Pour le porte-parole du gouvernement Lambert Mende, ces jeunes sont manipulés : « Il s’agit d’une fausse information, une rumeur. C’est comme si des esprits malins cherchaient à monter cette catégorie de notre population pour créer des tensions dans la ville ». Le ministre de la Communication explique que la police était dans son droit en intervenant pour dégager la chaussée illégalement occupée par les étudiants.