Un conducteur de transport en commun s’est immolé mercredi 28 octobre au centre-ville de Lubumbashi. Le chauffeur de taxi a rendu l’âme jeudi aux environs de 17h(heure locale) à l’hôpital de référence de Sendwe, dans la ville cuprifère.

“J’apprends avec émotion la mort du chauffeur de taxi qui s’est immolé à L’shi. Pensées et prières vont à sa famille. Sincères condoléances “

” Son acte désespéré doit nous interpeller sur l’urgence d’instaurer l’Etat de droit en RDC. Ainsi, nous honorerons également sa mémoire. ” déclare L’ex Governeur du Katanga Moïse Katumbi Chapwe.

Selon des témoins, tout a commencé après l’arrestation du chauffeur par un policier de roulage sur l’avenue Sendwe.

Alors que les deux hommes ne parvenaient pas à se mettre d’accord, le conducteur, furieux, s’est aspergé d’essence avant de le faire sur le policier. Il a ensuite claqué une allumette et tiré l’agent de police dans son véhicule.

Les secours sont ensuite intervenus mais les deux hommes ont été brûlés et acheminés à l’hôpital. Le véhicule a été complètement endommagé.

Brûlé au troisième degré, le chauffeur de taxi a été conduit dans un centre hospitalier de Lubumbashi. « Nous sommes tous les jours victimes des tracasseries policières », a-t-il expliqué à la presse locale sur son lit d’hôpital.

« Lorsqu’il [le policier] m’a arrêté, il y avait des gens qui nous observaient », a ajouté ce diplômé en économie (bac + 5), converti en taximan pour « garantir la survie de [ses] enfants ».

Lorsque le policier est monté dans son véhicule, le chauffeur dit l’avoir prévenu qu’il était prêt à mourir avec lui s’il ne le laissait pas faire son travail. « Voulez-vous que je vous aide ? » lui aurait répondu le policier, avant de lui tendre le briquet.

« J’ai pris [le briquet] (…), me suis aspergé d’essence. C’est quand j’ai allumé qu’il a compris que c’était sérieux. Il voulait s’en fuir, je l’ai tenu ».

Les autorités de la ville n’ont toujours pas encore réagi à cet incident.

Par CM