Kabila prépare une « riposte foudroyante » contre Katumbi

Va-t-on assister à un « duel à mort » entre « Joseph Kabila » et l’ancien gouverneur Moïse Katumbi ? Depuis que l’ancien chef de l’exécutif de la province du Katanga a claqué la porte du parti présidentiel, un certain 29 septembre 2015, l’homme est devenu la cible des médias d’Etat. Pire, des informations alarmantes fusent ici et là sur la «contre-offensive foudroyante» que prépareraient les spécialistes ès «rébellion-bidon» de la Présidence de la République.

« Nous suivons avec le plus grand intérêt le développement de la crise née à la suite du départ de Monsieur Katumbi du PPRD ». L’homme qui parle est un diplomate occidental en poste à Kinshasa. «Les réactions suscitées par ce départ semblent confirmer une certaine opinion selon laquelle l’ancien gouverneur du Katanga serait l’adversaire le plus redouté par le pouvoir », ajoute-t-il. A l’appui de cette dernière opinion, l’hebdomadaire « Jeune Afrique » s’était appesanti, dans une de ses éditions, sur ce qu’on pourrait appeler la «force de frappe financière» de l’ex- « Gouv ».

Lors du point de presse qu’il a animé le jeudi 1er octobre, le ministre de la Communication et des médias Lambert Mende Omalanga s’en est pris vivement à l’ancien gouverneur Katumbi. D’aucuns ne cachaient pas leur étonnement. La raison est simple : le problème posé par « Moïse » ne concerne nullement le gouvernement dont Mende est le porte-parole. Il s’agit d’une question interne à une association politique dénommée « Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie ». Il incombait au responsable de la communication de cette formation politique d’organiser la riposte. Point barre.

Ministre de la Communication et des médias, Mende a mis les médias d’Etat au service d’un «clan politique». Le clan fidèle à «Joseph Kabila». La RTNC (Radio télévision nationale congolaise) est ainsi réduite au rang d’instrument de propagande et de règlement de comptes au service du locataire du Palais de nation.

Depuis quelques jours, des journaux télévisés donnent des larges échos sur des « marches de soutien » à « Joseph Kabila ». De même, des pseudo-journalistes de la RTNC conduits par un pitoyable amuseur public nommé Jean-Pierre Lushima Ndjate, « cognent » non seulement sur les frondeurs du « G7 » mais aussi sur Moïse Katumbi. Un combat lâche et déloyal dans la mesure où
aucun droit de réponse n’est accordé aux personnes lésées par la propagande du pouvoir.

« Rébellion-bidon »

A en croire notre consoeur «La Voix de l’Afrique au Canada» (VAC), « Joseph Kabila » préparerait un coup fumant. Il s’agirait ni plus ni moins que d’une «rébellion» au Katanga. Des jeunes militaires issus des tribus sanga, bemba et luba seraient «cantonnés» dans la ferme présidentielle du Parc de Kundelungu. « Des avions à bord desquels se trouvaient des armes pour ravitailler ces jeunes militaires ont atterri dans sa ferme de Kundelungu », peut-on lire.

Selon cette consoeur, des véhicules de transport militaire et des Jeep en provenance de la résidence présidentielle à Lubumbashi auraient été mis à la disposition de ces soldats. « La stratégie est de simuler une rébellion à la solde de Moïse Katumbi. Ces militaires seront maîtrisés par des troupes régulières de l’armée envoyés de Lubumbashi pour mâter la rébellion », souligne VAC radio. Les militaires dont question seront présentés par la suite à la presse comme étant des
«rebelles armés par Moïse Katumbi ainsi ce dernier sera arrêté et déféré devant la Justice ».

Etrangement, cette « alerte » de notre consoeur canadienne est tombée samedi 3 octobre. Le même jour, Moïse Katumbi diffusait le message énigmatique ci-après sur son compte Twitter : «Mon combat est et restera pacifique. Même si certains voudraient le faire croire, je n’ai jamais utilisé des armes et ne commencerai pas aujourd’hui.»

Cette atmosphère détestable fait dire à des observateurs que le « clan kabiliste » préparerait une « riposte foudroyante ». Affaire à suivre.

Baudouin Amba Wetshi
© Congoindépendant 2003-2015

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire