L’information fait le buzz sur la toile : le député Fidèle Babala, Secrétaire général adjoint du Mouvement de Libération du Congo (MLC) aurait été reçu par le chef de l’Etat, Joseph Kabila, le 20 août dernier. L’élu de Tshangu, à Kinshasa, renseignent plusieurs sources, était porteur d’un message de Jean-Pierre Bemba – le président du MLC incarcéré depuis 2007 à la Cour Pénale Internationale (CPI) – à Joseph Kabila. Réalité ou intox ?

Le site www.tshangu.com qui rapporte cette information, cite une source proche du gouverneur provincial de Kinshasa, André Kimbuta, selon laquelle une réunion a eu lieu dans la nuit du 20 août 2015 entre le Président de la République et le député Fidèle Babala. Cette rencontre, ajoute la même source, a eu lieu avec la bénédiction de Jean-Pierre Bemba. Pour sa part, André Kimbuta, le numéro un de la ville de Kinshasa aurait servi de pont entre la Présidence de la République et La Haye (où se trouve le leader du MLC).

Les préparatifs du dialogue politique souhaité par le chef de l’Etat, aurait été au centre des entretiens entre Joseph Kabila et le missi dominici de Jean-Pierre Bemba. Un membre influent de l’Opposition joint par « La Voix de l’Afrique » au Canada et dont le site www.tshangu.com n’a pas révélé l’identité a fait les commentaires suivants : « Je déplore le comportement du sénateur Jean-Pierre Bemba à travers Fidèle Babala. J’aimerais l’informer que l’Opposition congolaise reste unie et indivisible comme un seul homme. Nous bloquerons toutes ces stratégies de glissement ».

La rencontre avec André Kimbuta

Si cette rencontre a effectivement eu lieu, elle ne devrait étonner personne. D’aucuns se souviendront qu’il y a quelques mois, le gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta, avait rencontré les membres du Bureau politique du MLC pour échanger sur la nécessité de participer au dialogue. Des sources renseignent même que les contacts entre le chef de l’Exécutif provincial et la haute hiérarchie ont continué et que la rencontre évoquée ci-haut en serait la conséquence.

L’histoire politique récente de la RDC rappelle qu’au mois d’octobre 2013, le Mouvement de Libération du Congo (MLC) après avoir longtemps boudé les Concertations nationales convoquées par Joseph Kabila, avait fini par y participer. Comme toujours, l’ordre de prendre part à ces assises était venu de Jean-Pierre Bemba lui-même. La suite est connue de tous.

Sur les traces de Tshisekedi
Si Jean-Pierre Bemba « succombe » à l’appel du camp présidentiel pour participer au dialogue politique, il serait le second gros poison de l’Opposition à tomber dans les filets de Joseph Kabila.
En effet, Etienne Tshisekedi et son parti l’UDPS, ne jurent plus que sur la tenue du dialogue politique afin d’avoir des élections apaisées en 2016.

CONGO NOUVEAU