Kampala : leader des « ADF », Jamil Mukulu en possession d’un passeport de la RDC

Arrêté le 19 mars dernier en Tanzanie, Jamil Mukulu, leader des rebelles ougandais des Forces démocratiques alliés (ADF), une organisation terroriste – présumée auteur des crimes odieux dans le territoire de Beni (Nord Kivu) -, a été extradé à Kampala. La police ougandaise a trouvé un passeport congolais en sa possession. On espère que le gouvernement du Premier ministre Augustin Matata Ponyo va diligenter une démarche diplomatique pour obtenir toutes les informations à ce sujet.

« La capture de Jamil Mukulu est une opération assimilable à l’exécution d’Oussama Ben Laden par les forces spéciales de l’armée américaine ». C’est la déclaration faite par le patron de la police ougandaise Kale Kahiyura.

Pour éviter d’être repéré, indiquent des sources policières ougandaises, « Jamil » utilisait plusieurs identités. Il disposait de plusieurs passeports pour traverser les frontières. Selon ces sources, il était « titulaire » d’au moins six passeports revêtus de la même photo. Seuls les patronymes changeaient.

Le leader des ADF avait l’habitude de voyager en Syrie, en Zambie, au Kenya, en Tanzanie et…au Congo-Kinshasa. « Il a été trouvé en possession de passeport britannique, kenyan, tanzanien, congolais (RDC), ougandais et somalien », disent ces sources qui ont requis l’anonymat.

Lors de son arrestation le 19 mars dans une localité tanzanienne, Jamil Mukulu détenait un « document de voyage » sous l’identité de David Amosi Mazengo.

Outre son rôle à la tête des rebelles de l’ADF, l’homme travaillait en sous-main comme un « homme d’affaires » dans les pays qu’il visitait fréquemment. Il vendait des voitures de prestige en Tanzanie. Il importait, en outre, des véhicules d’occasion tout en se lançant dans l’immobilier.

Depuis juin 2014, les traces de Mukulu et celles de ses deux épouses ont été signalées dans les localités tanzaniennes de Kyang’ombe et de Tabata. C’est à partir de ces contrées qu’il gérait son business. C’est le cas notamment des taxis qui font la navette entre le Kenya et la Tanzanie.

Selon l’inspecteur général de la police ougandaise, Kale Kahiyura, des investigations se poursuivent pour identifier les autres activités commerciales menées par Mukulu. « Il est fort possible qu’il ait bénéficié d’un financement du terrorisme international », a-t-il souligné.

Pour Kayihura, Jamil Mukulu sera poursuivi du chef de terrorisme, vols aggravés et crimes contre l’humanité. Deux autres leaders de l’ADF auraient été appréhendés en Tanzanie. Il s’agit d’un certain « Matovu » et d’un certain « Umar ». Ils seront également extradés en Ouganda.

On espère que le gouvernement congolais en général et le ministère des Affaires étrangères en particulier – duquel relève l’émission et la délivrance des passeports – aura à cœur de prendra langue avec le gouvernement ougandais afin d’obtenir toutes les informations utiles sur le passeport congolais, propriété de l’Etat congolais, trouvé entre les mains du leader de l’ADF. Les Congolais habitant le territoire de Beni ont le droit de connaîtrela vérité.

B.A.W (avec Observer)
© Congoindépendant 2003-2015

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire