Tout en saluant le fait que J. Kabila rejoint la position de Tshisekedi sur le format réduit et la durée, le parti de Limete conditionne sa participation à la médiation internationale et invite l’UA, la SADC et l’ONU à convaincre Kinshasa.

Le secrétaire général de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) Me Bruno Mavungu Puati a animé un point de presse hier jeudi 2 juillet 2015 au siège du parti à Limete et réaffirmé, à cette occasion, la position officielle du parti d’Etienne Tshisekedi concernant le Dialogue politique tant attendu par les Congolais.

En effet, exprimant aux lendemains du discours prononcé par Joseph Kabila à l’occasion du 55ème anniversaire de l’indépendance de la RDC et dans lequel ce dernier s’est opposé à une médiation internationale, le SG de l’UDPS considère cela comme une des divergences majeures par rapport à la vision que le Président national Etienne Tshisekedi attend du Dialogue tel que défini par l’Accord-cadre d’Addis-Abeba.

Pour le parti de Limete, pionnier dans la revendication d’un Dialogue politique selon l’esprit de dudit Accord-cadre, » il n’y aura pas de dialogue sans la médiation internationale « . La déclaration lue hier par Me Bruno Mavungu est plus que claire.

» Le Président Etienne Tshisekedi tient à la médiation de la communauté internationale conformément à l’Accord-cadre d’Addis-Abeba dont Monsieur Kabila est signataire ainsi qu’aux Résolutions 2098, 2147 et 2211 du Conseil de Sécurité des Nations Unies (ONU) « , a notamment déclaré hier le secrétaire général de l’UDPS devant la presse.

Tout en rappelant les résultats mitigés auxquels les Congolais sont arrivés chaque fois qu’ils devaient se retrouver seuls sous l’arbre à palabre, l’Union pour la Démocratie et le progrès social constate aussi que » les résultats sont satisfaisants quand la médiation est assurée par la Communauté internationale » et cite comme exemples l’Accord de cessez-le feu de Lusaka et les Accords de Sun City.

Pour l’UDPS, le dialogue made in Kabila n’est autre chose que des concertations nationales bis et n’entend pas y prendre la part.

Estimant par ailleurs que Joseph Kabila s’est contredit dans son discours lorsqu’il a tout de même reconnu » le rôle positif joué dans le passé par la communauté internationale, le parti d’Etienne Tshisekedi renvoie l’actuel pouvoir dans l’histoire récente du Congo pour comprendre le rôle positif joué par la Communauté internationale.

L’UDPS rappelle notamment l’envoi des troupes de l’ONU au Congo au lendemain de son accession à l’indépendance pour aider les autorités à mâter les rebellions ; les efforts déployés par M. lakdar Brahimi et feu Président Julius Nyerere pour concilier les positions entre Mobutu et l’Opposition ; la médiation jouée par le Président Nelson Mandela entre Mobutu et L.D. Kabila ; la médiation du Président zambien Frederic Ciluba dans la conclusion de l’Accord de Lusaka ; la facilitation des Président Mbeki et Masire dans la signature des Accord de Sun City ; la présence des troupes de l’ONU en RDC grâce à laquelle le pays garde ses frontières de 1960 ; …

Concernant les convergences, l’UDPS en reconnaît seulement trois. Outre le fait que le Président Tshisekedi et Monsieur Joseph Kabila ont affiché leur ferme volonté du dialogue, il y a aussi convergence lorsque Joseph kabila rejoint Etienne Tshisekedi en ce qui concerne le format réduit des participants ainsi que la durée courte des travaux,et en ce qui concerne l’élaboration du calendrier électoral par consensus, note Me Bruno Mavungu.

Face à la persistance des divergences, » l’UDPS invite l’Union Africaine, la SADC, la CIRGL, et le Conseil de sécurité de l’ONU à prendre toutes les dispositions pour la convocation dudit dialogue ainsi que son aboutissement heureux.