Près de 10.000 réfugiés burundais ont fui leur pays au cours du week-end dernier, avant que les autorités ferment les frontières le dimanche 28 juin dans la soirée, juste avant les élections législatives organisées le lundi 29 juin, a indiqué le mardi 30juin dernier le Haut- commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). Selon les autorités burundaises, la frontière sera fermée pendant 48 heures, conformément à la pratique habituelle lors des élections. “ Les réfugiés doivent désormais utiliser les passages frontaliers informels à travers la forêt pour quitter le pays “, a expliqué la porte-parole du HCR, Melissa Fleming, lors d’une conférence de presse à Genève.

Les bureaux du HCR en Tanzanie, au Rwanda et en République démocratique du Congo ont commencé à signaler uneforte augmentation du nombre de nouveaux réfugiés depuis le milieu de la semaine dernière. Ce week-end, le rythme s’est accéléré, avec plus de 6.000 arrivées en Tanzanie et plus de 3.000 au Rwanda.

Lundi, nous n’avons enregistré que 777 arrivées au Rwanda, tandis que plus do 2 000 réfugiés ont réussi à atteindre la Tanzanie en passant par la forêt », a précisé Mme Fleming. Près de 144.000 réfugiés ont fui le Burundi depuis début avril.

Les réfugiés qui sont arrivés au Rwanda, en Tanzanie et en République démocratique du Congo ont déclaré que les routes étaient bloquées et que les personnes soupçonnées de se diriger vers la frontière sont forcées de descendre des autobus. Certaines auraient été arrêtées et d’autres ont vu leurs biens confisqués. Plusieurs hommes arrivés en Tanzanie au cours du weekend ont dit qu’ils avaient dû marcher pendant plusieurs heures, souvent à travers la brousse et sans bagages, afin de ne pas attirer l’attention des milices et de la police “, a ajouté la porte- parole du HCR.

Alors qu’initialement la plupart des réfugiés étaient des femmes et des enfants, le HCR a constaté récemment un nombre croissant d’hommes.

La période électorale a commencé lundi 29 juin avec les élections législatives et doit se terminer avec l’élection présidentielle prévue le 15 juillet.

Le HCR fournit aux réfugiés qui arrivent des repas chauds et les transporte vers des centres de transit puis vers des sites de réfugiés.

Statistiques

Sur les 131 980 réfugiés enregistrés dans la région des Grands Lacs, à savoir le Rwanda (45 740), la Tanzanie (66 612), l’Uganda (9 038) et la République démocratique du Congo, quelque 10 590 ont trouvé refuge en RDC, plus précisément à l’Est du pays, dans le Sud Kivu. Dans ce nombre au Sud-Kivu, 10 425 ont été enregistrés avec le système biométrique. Les opérations de transfert de ces réfugiés des centres de transit vers le site de Lusenda (Sud-Kivu) sont en cours.
A la date du 30 juin, 5000 réfugiés ont été transférés sur le site de Lusenda où une assistance multisectorielle est fournie par le HCR et ses partenaires opérationnels et de mise en œuvre. A ce nombre s’ajoutent 9 000 autres Burundais qui étaient présents dans le Sud-Kivu avant le début de la crise début avril 2015.

Début d’enregistrement biométrique des réfugiés rwandais

Après le Katanga où 2 744 personnes ont été enregistrées, les opérations d’enregistrement biométrique des 245 000 réfugiés rwandais pré- enregistrés entre novembre 2013 et janvier 2014 par la Commission nationale des réfugiés (CNR), avec l’appui technique et financier du HCR, se poursuivent dans les provinces du Sud et du Nord-Kivu et à Mbandaka. Lancé depuis e 11 avril dernier par le Vice-Premier ministre, Ministre de l’intérieur et de la Sécurité, l’exercice d’enregistrement biométrique a été retardé dans le Sud et le Nord Kivu en raison des opérations militaires des FRDC contre les forces négatives. A ce jour, cet exercice, se heurte à la réticence des réfugiés à se faire enregistrer dans les centres conçus à cet effet.

Notons qu’en date du 28 juin 2015, la CNR, appuyée par le HCR, a enregistré, par le biais de la méthode biométrique, 11 229 réfugiés rwandais vivant au Nord Kivu et au Sud-Kivu. Le HCR et la CNR utilisent différents canaux de sensibilisation avant et pendant l’opération d’enregistrement des réfugiés pour transmettre le message selon lequel seuls les civils rwandais ayant quitté le Rwanda entre 1994 et 1998 pour motif de conflit armé, sont concernés par l’opération d’enregistrement.

Par GODE KALONJI MUKENDI