Paul Kagame dos au mur!

L’ambassadeur du Rwanda au Royaume-uni a fortement critiqué l’arrestation du chef des services renseignements de son pays, qu’il a assimilé à « une insulte à la conscience collective”.

Dans un entretien à la BBC, William Nkurunziza, a déclaré qu’ils sont surpris de voir l’officier des renseignements rwandais arrêté car ce n’est pas la première fois qu’il se rend en Angleterre.

« C’est exceptionnel qu’on nous dise qu’il a été arrêté pour crimes de guerre. Supposer qu’un seul de nos quarante leaders est coupable de crime de guerre est une insulte à notre conscience collective”, a-t-il indiqué.

Le chef des services de renseignements du Rwanda, Emmanuel Karenzi Karake, poursuivi pour crimes de guerre par la justice espagnole, a été arrêté samedi à Londres en vertu d’un mandat d’arrêt européen émis par l’Espagne, a indiqué mardi le ministère britannique des Affaires étrangères.

A son tour, la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a qualifiée d' »inacceptable » l’arrestation.

« La solidarité occidentale pour avilir les Africains est inacceptable. C’est un scandale d’arrêter un responsable rwandais sur la base de la folie de pro-génocidaires », a-t-elle écrit sur son compte Twitter.

Le chef des services de renseignement du Rwanda, âgé de 54 ans, a comparu devant un tribunal londonien samedi après-midi et a été placé en détention provisoire jusqu’à jeudi, date à laquelle il doit de nouveau comparaître devant la justice britannique.

Cette arrestation intervient plus de sept ans après le lancement de la poursuite pour génocide et crimes de guerre à l’encontre de 40 militaires rwandais par l’Audience nationale, la plus haute instance judiciaire espagnole.

Le ministère britannique des Affaires étrangères s’est refusé à commenter davantage l’arrestation, soulignant simplement la « relation profonde et de longue date » entre le Royaume-Uni et le Rwanda.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire