Près de deux semaines après sa révélation par la presse, l’affaire de l’existence du passeport belge de Jessica Bossekota, élue miss dans un concours exclusivement réservé aux filles de nationalité congolaise, reste une énigme et les hypothèses vont bon train dans la ville.

La presse kinoise a récemment révélé que la gagnante de la téléréalité Miss Vodacom 2014 était de nationalité belge. Mais jusque-là, l’agence Pygma chargée de recruter des candidates et la société de télécommunication Vodacom n’osent pas broncher et lever un coin de voile sur la vraie identité de la lauréate 2014. Si la photocopie du passeport belge de Jessica Bossekota nous en dévoile un peu plus, un mystère subsiste tout de même. Trop de zones d’ombres dans ce dossier même si les’ organisateurs préfèrent intimider la presse plutôt que de concourir à la manifestation de la vérité.

Il y a des présomptions que la triche est incontestable. Plusieurs questions taraudent les esprits: Vodacom est-il responsable de cette erreur? Pygma est-elle initiatrice de cette mascarade? A quelles fins? Vodacom veut-il couvrir Pygma? Jessica Bossekota était-elle au courant du règlement qu’elle a dû signer? Etait-elle au parfum de cette blessure au règlement pour la faire gagner? Des questions justifiées par des faits: personne, ne peut démentir cette démonstration du sérieux d’une presse d’investigation et professionnelle.

Ni l’agence Pygma ni personne d’autre ne peut contester le fait que la téléréalité Miss Vodacom est une émission exclusive aux filles rd-congolaises âgées de 18 à 25 ans. Pas non plus besoin de rappeler que la nationalité congolaise est une et exclusive: Personne ne peut la détenir concurremment avec une autre sous peine d’être poursuivi au pénal. Au lendemain de la publication d’une copie du passeport belge de Jessica dans des journaux de Kinshasa, un agent recruteur de Pygma a joint différentes rédactions pour annoncer une conférence de presse où la vérité serait étalée. Ce face-à-face avec la presse se fait toujours attendre. Pendant ce temps, les fanatiques acquis à la cause de la candidate finaliste victime de la supercherie, Geneviève Misengabu, rd-congolaise de nationalité, à qui doit revenir cette couronne et les 100.000 dollars réservés à la gagnante remplissant les critères exigés par le règlement, ont peaufiné une plainte contre Vodacom, Pygma et Jessica Bossekota.

Tous aimeraient savoir par ‘quelle alchimie Pygma et Vodacom ont réussi à faire de la Belge Jessica Bossekota une Congolaise. Ils aimeraient aussi découvrir la probable filière qui leur aurait facilité l’obtention d’un passeport de la République Démocratique du Congo, alors que la bénéficiaire a avoué plusieurs fois en public n’avoir jamais séjourné au pays.

Si Pygma et Vodacom parvenaient à prouver que Jessica Bossekota est Congolaise, l’opinion apprendrait beaucoup sur les procédures de délivrance de la nationalité congolaise dans les couloirs obscurs. Les observateurs n’ont qu’un seul souhait: l’affirmation de la vérité. Leurs yeux sont plus tournés vers Jessica Bossekota, la principale suspecte. Les informations de dernière heure font état de l’ouverture d’un dossier en justice. Les convocations sont en train d’être distribuées.

Par Tino MABADA (AfricaNews)