Plusieurs dizaines de personnes se sont relayées jeudi après-midi de 13H30 à 16H30 pour un sit-in intitulé “Je suis indigent” devant l’ambassade de la République démocratique du Congo à Bruxelles, située rue Marie de Bourgogne.

Les manifestants demandent l’exhumation des 425 corps découverts la semaine passée dans une fosse commune du cimetière de Fula-Fula, à Malaku, dans la banlieue de Kinshasa et la traduction du président Joseph Kabila devant la Cour pénale internationale (CPI) pour crime contre l’humanité. Une marche partira samedi à 15H00 de la porte de Namur à Ixelles et se rendront devant les institutions européennes sur le rond-point Schuman, en passant par l’ambassade américaine et les bureaux des Nations unies. Les manifestants soupçonnent un lien entre les 400 disparitions dénombrées par la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) à la suite du soulèvement des 19, 20 et 21 janvier dernier contre une modification de la Constitution pouvant autoriser un troisième mandat présidentiel, les 400 arrestations annoncées par le gouvernement et ces 425 corps retrouvés dans une fosse commune.

Joseph Mbeka, président du Conseil international congolais (CIC) relève que le gouvernement fait état de 28 morts, Human Rights Watch de 42 morts et la FIDH de 73 morts pour la seule ville de Kinshasa, de plus du double à Goma et de 400 disparitions. “Le président Kabila prétend qu’il a enterré des indigents, mais les familles n’ont pas été prévenues et il n’y a pas eu d’office. Nous demandons une enquête internationale et indépendante pour connaître l’histoire de cette fosse commune”, déclare M. Mbeka.

Le gouvernement exclut tout lien avec les manifestations de janvier 

Le gouvernement congolais a exclu jeudi tout lien entre cette découverte et les manifestations meurtrières de janvier 2015 dans la capitale congolaise. “Il s’agit de 421 corps de personnes abandonnées, d’indigents et de mort-nés acheminés à la morgue centrale de Kinshasa par différentes formations médicales de la capitale après le délai légal de trente jours et dont l’inhumation a été effectuée au cimetière Fula-Fula de la commune de Maluku par les services compétents de l’Hôtel de ville”, a déclaré le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende Omalanga, au cours d’un point de presse jeudi à Kinshasa, selon l’agence congolaise de presse (ACP, officielle).