RDC: L’armée reprend des villages aux FDLR

L’armée congolaise a reconquis un groupe de villages aux rebelles hutu rwandais dans l’est de la République démocratique du Congo, où les forces régulières maintiennent leur pression sur les combattants, a affirmé jeudi une source militaire.

« A présent, Mulenge et les villages environnants n’ont plus de FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda) donc il n’y a plus des combats dans ces centres, mais nous poursuivons les combats dans les grandes forêts où les FDLR se sont retranchés », a déclaré à l’AFP un officier de l’armée sur le front. Un habitant de Lemera, à une trentaine de kilomètres de Mulenge, a confié que la situation était « calme » jeudi matin.

Les troupes régulières ont déclenché mardi, sans l’appui des Casques bleus, une offensive au Sud-Kivu contre les FDLR, dont des chefs sont accusés d’avoir participé au génocide contre les Tutsi en 1994 au Rwanda, qui fit quelque 800.000 morts selon l’ONU.

L’opération de mardi est la première depuis que l’armée a annoncé, le 29 janvier, le lancement d’une offensive contre ces rebelles, auteurs de graves exactions contre les civils congolais (meurtres, viols, enrôlement d’enfants, pillages…) et qui se livrent à de lucratifs trafic de bois et d’or.

Mardi soir, le général Léon-Richard Kasonga, porte-parole de l’armée, a indiqué que les forces régulières avaient notamment repris une importante position des FDLR et tué trois rebelles. Depuis, aucun bilan n’a officiellement été communiqué.

Jusqu’à présent, l’offensive s’est concentrée dans la région de Mulenge. Mais un observateur militaire a souligné que « cette zone n’est pas (…) connue pour avoir des FDLR », qui sont « généralement (…) plus à l’ouest ».

La Mission de l’ONU (Monusco) avait promis un soutien logistique, stratégique et opérationnel à l’offensive de l’armée, mais elle l’a retiré quand Kinshasa a refusé de changer deux généraux chargés de piloter des attaques au Nord-Kivu alors que l’ONU les soupçonne de graves violations des droits de l’Homme.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire