Kabila s’en va le 27 novembre 2016, mais…

La Ceni relève un certain nombre de contraintes qui placent le président de la République, le parlement et le gouvernement devant leurs responsabilités!

Le calendrier électoral global tant réclamé au niveau national et international vient d’être publié par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). L’évènement de haute portée politique et historique a eu lieu hier jeudi 12 février 2015 dans la salle du 28 novembre de cette administration électorale à Kinshasa.

Une cérémonie qui s’est déroulée en présence de nombreux témoins, à savoir les sénateurs et députés nationaux, les membres du gouvernement, les diplomates en mission à Kinshasa et plusieurs hautes personnalités du pays.

Les élections, à tous les niveaux, seront organisées dans le respect du délai constitutionnel, comme il a été relevé dans ce calendrier publié par l’administration électorale congolaise en l’absence de son président, l’abbé Apollinaire Malumalu empêché.

Ainsi, le calendrier électoral global fixe la présidentielle le 27 novembre 2015. C’est à cette date que l’actuel président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila devra s’en aller pour laisser la place à un nouveau président élu.

Mais il se pose cependant des contraintes pour la tenue des toutes ces élections qui doivent respecter le délai constitutionnel, a indiqué le vice-président de la Ceni, André Mpungwe, qui a présidé la cérémonie au nom de l’abbé-président.

Pour lui, les contraintes sont d’ordre technique, juridique, financier et matériel, tributaires de l’environnement socio-politico-économique du pays.Le calendrier électoral global publié, la Ceni se dédouane de tous les problèmes qui pourraient créer le glissement des mandats de certaines institutions du pays et met le Président de la République, le parlement (Assemblée nationale et Sénat), et le gouvernement devant leurs responsabilités.

Le vice-président André Mpungwe a relevé, en outre, que le calendrier publié répond à un triple objectif, celui d’assurer désormais la régularité des élections, d’une part, en apurant les arriérés des cycles électoraux de 2006 et de 2011, et, d’autre part, convoquer le scrutin présidentiel à l’échéance constitutionnelle.

Aussi, l’option a été levée pour la tenue simultanée en 2015 au scrutin direct des élections provinciales, municipales et locales qui seront suivies de différents scrutins indirects comme ceux des sénateurs, gouverneurs et vice-gouverneurs, maires et maires adjoints, conseillers urbains, bourgmestres et bourgmestre adjoints, chefs de secteurs et chefs de secteur adjoints. Les élections présidentielle et législatives nationales seront organisées, pour leur part, de façon combinée.

Il faut relever que les regards des membres de l’Assemblée plénière de la Ceni sont également fixés vers de nombreux partenaires au processus électoral en RD Congo qui avaient promis de mettre la main dans la poche une fois que le calendrier électoral global, qui respecte le délai constitutionnel, est publié. La Ceni a, une fois de plus, sollicité l’apport notamment financier de tous ces partenaires.

Si le procès-verbal de l’Assemblée plénière de la Ceni relatif au calendrier électoral global a été lu par le rapporteur adjoint, Onésime Kukatula, c’est le rapporteur Jean-Pierre Kalamba qui a lu l’ensemble de ce calendrier.

Par LKT

1 Commentaire

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire

  • C’est le souhait de tout un peuple; le départ de Joseph Kabila…Ce Monsieur a fragilisé notre pays; imaginez la Fardc avec 60 régiments militaires dont 53 régiments commandés par les Ruandais et tout ça nous a été averti par M.Bonsergent de l’existence d’une armée parallèle de Joseph Kabila pour compliquer la RdCongo après son départ…
    C’est au peuple RdCongolais dès maintenant à scruter ses hommes politiques pour en sortir un en dehors des considérations tribales et régionales qui pourra assumer cette lourde tache de nettoyer nos services des sécurités;Fardc,Police,Douane et services de renseignements après le départ de Joseph Kabila.
    Quelqu’un de fort et puissant qui pourra défendre le pays et le peuple RdCongolais tout en étant pas en conflit avec les décideurs de ce monde.
    Il nous faut réellement quelqu’un qui va faire revivre notre arrière pays que Joseph Kabila est entrain de détruire par son dépeuplement sciemment orchestré par ses manœuvres diaboliques.
    Vive la RdCongo…