Google va s’installer à Kinshasa

Le bureau francophone africain du géant américain a confirmé l’information directement au vice-Premier ministre et ministre congolais des Postes, Télécommunications, Nouvelles technologies de l’information et de la communication, Thomas Luhaka, au cours d’une audience à la vice-primature. 

Selon le responsable du bureau francophone, Tidjane Deme, l’installation de Google dans la capitale congolaise est bien imminente. De cet échange avec l’autorité congolaise, l’on y apprend également que Google fournira une connexion haut débit dès son installation à Kinshasa. Son objectif est ainsi d’arriver à offrir les meilleures opportunités afin d’accompagner la RDC dans son émergence économique. Bien entendu, cette intervention ne devrait aller que dans le sens de la bonne marche des affaires, a-t-il insisté. Au-delà de la RDC, toute l’Afrique est actuellement ciblée dans la stratégie d’extension de Google dans le continent africain. En effet, à terme, le défi est d’arriver à installer des antennes Google dans toutes les capitales africaines.

Google est une entreprise américaine créée en 1998 par Larry Page et Serge Brin. L’entreprise a gagné une forte notoriété internationale grâce à son moteur de recherche qui porte le même nom : Google. Au fil des ans, l’entreprise américaine a étendu considérablement son marché à travers le monde. Et ici, c’est la RDC qui est ciblée pour abriter la prochaine antenne. Google a réussi à diversifier ses produits : Google Apps, Google books, le navigateur Google Chrome et le réseau social Google+.

Les indicateurs trimestriels de Google publiés le 30 janvier 2015 sont globalement dans le vert, avec un chiffre d’affaires de 18,1 milliards de dollars américains, représentant plus de 15% de hausse. Il fallait compter avec l’absence de croissance de la PUB mobile vendue moins chère que sur le web fixe. Mais les analyses financiers américains projetaient un chiffre d’affaire bien plus élevé, atteignant 18,4 milliards de dollars américains. Pour eux, les résultats trimestriels n’ont pas convaincu les marchés.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire