Les opérateurs d’internet mobile en RDC aux abois!

A la suite des événements de la semaine dernière, le gouvernement avait intimé l’ordre à tous les opérateurs de La téléphonie mobile qui offrent le service internet de suspendre sa fourniture au grand public, pour de raisons de sécurité. Depuis lors; bien que la connexion ait été partiellement rétablie, les opérateurs de la téléphonie mobile qui fournissent internet sont fort inquiets.

Et pour cause ? Au- delà des pertes inestimables qu’ils enregistrent au plan financier et de l’impact négatif que cette interruption va induire sur leurs chiffres d’affaires dans les prochains jours, ces sociétés craignent que sur le plan juridique, si la situation ne revient pas à la normale dans des délais raisonnables, ne se retrouvent devant les cours et tribunaux, particulièrement les tribunaux de commerce, avec plusieurs procès sur les bras, suite aux plaintes de leurs clients, personnes physiques et morales, qui ne décolèrent pas à la suite de cette situation . Car, de l’avis de nombreux abonnés, n’ayant pas pris d’engagement avec le gouvernement sur la communication, c’est aux opérateurs de faire de leur mieux pour rétablir la connexion sur internet à la fois fixe et mobile, avec ses différentes applications qui font aujourd’hui défaut.

D’ores et déjà, c’est une crise de confiance qui pointe à l’horizon entre les deux parties. Des jours difficiles s’annoncent pour les milliers d’employés qui prestent dans le secteur des télécommunications, le second pourvoyeur du Trésor public congolais en dividendes divers, directement après celui des mines. Non seulement les consommateurs se plaignent de la qualité des services leur fournis, mais seraient tentés de croire que leurs communications et messages feraient l’objet d’écoute ou de décryptage de la part des services spéciaux.

En parallèle, la vente des Smartphones et télé- phones intelligents dans les shop risque de connaitre une baisse drastique. Beaucoup de clients risquent de renoncer à l’achat de ces téléphones du fait qu’ils ne peuvent par accéder aux différentes fonctions et applications via internet dont ils sont dotés. A long terme, ces opérateurs économiques touchés dans leur trésorerie peuvent être tentés d’actionner plusieurs plans sociaux, dont celui de dégraissage des effectifs, ce qui mettrait au chômage des milliers de pères et mères de familles.

Ainsi, selon les informations concordantes venant des milieux proches de ces opérateurs économiques, les clients à qui ils fournissent différents services via internet brandissent déjà de sérieuses menaces de dédommagement pour non exécution du contrat et de payer une lourde facture. Pour le moment, les différents services d’envoi d’argent par téléphone (M-pesa, TigoCash, Airtel Money) qui sont les seuls atteindre le Congo profond, sont plombés. Il est même devenu quasiment impossible de retirer de l’argent par cette voie pourtant rapide et sûre. Dans certains cas, des Congolais habitués à utiliser ce mode de transfert ou de retrait d’argent se voient fixer un plafond.

Bref, l’interruption de l’internet risque de vicier terriblement le climat des affaires mais également porter un coup dur au budget de l’Etat dont l’apport du secteur des télécoms n’est plus à montrer. Car, toutes les transactions financières à la fois à l’intérieur du pays et à l’extérieur du pays sont sérieusement perturbées mais aussi l’achat des crédits de téléphone sur lequel l’Etat perçoit des dividendes substantiels.

VAN
Le PHARE

1 Commentaire

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire

  • Ce qui est étonnant de notre cher gouvernement « démocratiquement » nommé, c’est qu’aucune annonce officielle n’a été effectuée sur cette fameuse « coupure » ou plutôt « censure » pour des raisons de sécurité! Donc le gouvernement n’a officiellement rien dit au peuple. Rien d’étonnant. Par ailleurs, des sources informelles affirment que le gouvernement a intimé l’ordre aux opérateurs de « bloquer » l’accès aux réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.) condition du rétablissement du signal… Retour à la dictature!