RDC: Le nouveau texte de la loi électorale soulève de nouvelles incertitudes!

Le Parlement de la République démocratique du Congo (RDC) a adopté dimanche une nouvelle loi électorale, sans la disposition controversée qui avait provoqué des violences meurtrières cette semaine, mais le nouveau texte soulève des incertitudes pour les prochaines élections.

Le retrait de la disposition litigieuse, qui ouvrait la voie à un report de la présidentielle prévue en 2016, avait été annoncé samedi soir par le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, après une semaine sous haute tension.

Ce retrait avait été accueilli comme une victoire par les opposants, qui voyaient dans le texte une manoeuvre pour permettre au président Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001, de se maintenir à son poste au-delà de la fin de son mandat.

Mais le nouveau texte soulève de nouvelles incertitudes.

En effet, dans la loi électorale adoptée dimanche, il n’est pas fait mention de la clause voulue par les sénateurs, qui entendaient coucher noir sur blanc l’obligation d’organiser la prochaine présidentielle dans les délais prévus par la Constitution.

En outre, le nouveau texte de loi, dont l’AFP a obtenu une copie, supprime la référence à la date de 2015 pour la tenue des élections locales, provinciales et sénatoriales. Ces scrutins sont censés précéder la présidentielle, selon la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

Enfin, la loi lie la tenue des prochaines législatives censées avoir lieu fin 2016 à la réalisation du recensement qui doit commencer cette année. Or, ces législatives doivent se tenir en même temps que la présidentielle, expliquait-on dernièrement à la Céni.

Le premier projet de révision de la loi électorale avait enflammé Kinshasa: de lundi à mercredi, la bouillante capitale de 10 millions d’habitants a été secouée par des violences ayant fait entre 12 et 42 morts, selon les sources.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire