La nouvelle loi électorale écarte Moise Katumbi de la présidence!

Une démarche visant à écarter certains candidats sérieux comme le gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi qui pourrait créer des ennuis à Kabila fils à la présidentielle.

L’adoption de la nouvelle loi électorale en RD Congo a été reportée.

En effet, l’opposition politique qui rejette ladite loi, a perturbé la séance plénière par des coups de sifflets qui ont retenti en plein cœur de l’hémicycle. Pour rappel, la nouvelle loi électorale devra permettre l’organisation de la présidentielle et les législatives couplées en 2016 au lieu de 2015 comme prévu.

Une manière, on le sait, de permettre au président Joseph Kabila de gagner en temps, lui qui n’a d’ailleurs jamais fait mystère de sa volonté de mourir au pouvoir. Et comme si cela ne suffisait pas, les députés de la majorité veulent introduire un nouvel amendement sur la nationalité, imposant à tout candidat d’être Congolais de père et de mère.

Une démarche visant à écarter certains candidats sérieux comme le gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi qui pourrait créer des ennuis à Kabila fils à la présidentielle. Comme quoi, les dictateurs ont plus d’un tour dans leur sac. Tous les moyens sont bons pour se maintenir au pouvoir.

La preuve est que face à la soif de changement exprimée par le peuple congolais, Joseph Kabila a répondu par le bâton. En effet, dès mars 2014, le dictateur avait chargé ses sbires de sonder le terrain dans ce sens, sans doute pour lui permettre de prendre la mesure de l’adversité à laquelle il devrait faire face, si toutefois il s’entêtait dans son projet de ne mettre aucune limite à sa boulimie du pouvoir.

Les résultats de ce « sondage » ont été plus qu’édifiants, parce que très largement au-delà même des craintes du commanditaire. Pour tout dire, ce fut un tollé général, un concert de condamnations, tant sur le plan national qu’international.

Bien sûr, si l’on met de côté le soutien des courtisans. Et pourtant, rien n’y fit. Kabila est resté droit dans ses bottes et depuis le 12 janvier 2015, les parlementaires de la RDC, sous la houlette bien entendu de la majorité au pouvoir, sont appelés à se prononcer sur une éventuelle modification de la Constitution congolaise, notamment en son article 220, qui consacre le nombre de mandats présidentiels consécutifs à deux.

Si à l’issue de leur session, la modification de l’article en question est adoptée, il faudra sans doute s’attendre à une nouvelle levée de boucliers aussi bien au sein de l’Opposition que dans les rangs de la société civile congolaise.

Le clergé, pour sa part et comme à son habitude, n’a jamais caché son hostilité à ce nouveau caprice de Kabila fils. Pour les hommes d’Eglise, en tout cas, le respect de l’ordre constitutionnel est « le gage de la cohésion et de l’unité nationale et comme tel, il doit être observé par tous ».

Hors de la RDC, des voix et pas des moindres s’étaient déjà élevées pour condamner ce projet, dès sa naissance. On a encore en mémoire la position sans ambages de l’Administration Obama, enjoignant Kabila de céder le pouvoir dès la fin de son mandat actuel.

Face à cet entêtement, de quels moyens disposent l’Opposition et la société civile en RDC, pour contraindre le maître de Kinshasa à renoncer à son projet funeste ?

L’espoir de rééditer l’exemple de Ouaga à Kinshasa semble bien mince

Le peuple congolais réussira-t-il à rééditer au pays de Lumumba, l’exploit du pays des Hommes intègres ? Ce que l’on peut dire, pour le moment, c’est que la stratégie adoptée par l’Opposition politique semble déjà porter en elle-même les germes d’un échec.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire