La « sanglante » mise en garde de Mende à Katumbi

Après la mise en garde de Joseph Kabila, Moise Katumbi, le populaire gouverneur du Katanga est encore rappelé à l’ordre par le gouvernement de Kinshasa.

Le ministre de la communication et médias, Lambert Mende a indiqué sans mâcher les mots que Moise Katumbi a intérêt à ne pas dépasser les limites s’il veut rester au pouvoir. Il s’exprimait vendredi devant la presse à Kinshasa. Lambert Mende a pris le devant pour tenter de justifier l’absence du gouverneur et du président de l’assemblée provinciale du Katanga lors de la rencontre entre le président Kabila et les notables katangais. Pour lui, les deux responsables n’ont peut-être pas été invités.

‘‘Posez-vous la question, si le président les a invité ?’’, a-t-il déclaré. Au sujet des déclarations tenues par Moise Katumbi et Gabriel Kyungu wa Kumwanza, le porte-parole du gouvernement affirme qu’on ne devient pas martyr quand on critique le régime. Il a cité l’exemple de Pierre Lumbi, conseiller spécial en matière de sécurité du président Kabila.

Il s’est prononcé, dit-il, contre la révision constitutionnelle mais il n’a jamais été chassé. Par contre, le gouvernement a salué le ton ferme et l’humour utilisé par le chef de l’état lors de cette rencontre. ‘‘ Il est resté au-dessus de la mêlée et a rappelé quelques principes fondamentaux de l’état’’, a-t-il assuré. Mende a insisté en avertissant ceux qui rêvent des plaies et des bosses, qu’ils peuvent être eux-mêmes les premières victimes.

Le porte-parole du gouvernement s’est félicité que le président Kabila ait coupé court aux controverses inutiles sur le découpage territorial. Aucune province ne peut se comporter comme un état indépendant, a-t-il fait savoir. Au sujet de l’arrestation à Makala de l’ancien député Vano Kiboko,

Lambert Mende pense que le parquet est mieux placé pour donner les vrais motifs de son incarcération. Le président de la convention des congolais unis s’est réfugié derrière la séparation des pouvoirs se refusant de commenter la décision de justice.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire