Werrason: l’épopée d’une affaire « rocambolesque »

Après une garde à vue de 24 heures à Paris en France par la police française pour contrôle des billets de banque, l’artiste musicien Werrason a été relâché dans la matinée d’hier mardi 9 septembre 2014.
Selon des informations venant Monib, directeur du groupe Wenge Musica Maison-mère, son patron devait expliquer à la police française la présence d’un faux billet de 100 euros contenu dans une liasse de 10.000 euros qui a servi d’achat d’habillement dans une boutique. La police française cherchait donc à savoir s’il y avait un lien de contrefaçon de la part de l’artiste musicien rd-congolais.

A en croire son directeur de marketing joint hier soir au téléphone, la police française n’a pas établi un lien de contrefaçon. A Monib de poursuivre, il s’est agi d’une erreur qui s’est glissée alors que Werrason venait d’effectuer une opération monétaire dans un bureau de change dont il a tait le nom. Pour l’instant, la pop-star rd-congolaise prend son avion ce mation à Paris pour les Etats-Unis où il est nominé à une soirée de récompense de mérite des artistes africains.

Circulez, il n’y a rien à voir.

Deo kokolo

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire