Koffi OlomideL’artiste musicien Koffi Olomidé dit le Quadrakoraman a été l’invité du journal « Info 7 », le dimanche 12 mai, sur les antennes de Congoweb TV, une chaîne privée émettant à partir de Kinshasa. Comme prévu dans son cahier de charge, cette émission a offert l’opportunité à la star congolaise de commenter et d’exprimer ses pensées sur les différents sujets et faits d’actualité ayant dominé la semaine au pays de Lumumba.

Son passage n’a pas laissé indifférent les milliers de téléspectateurs, à travers le monde. Surtout que cette chaîne de télévision est captée sur Internet. Nombreux ont soutenu le raisonnement de Koffi qui s’est bien défendu par rapport aux questions politiques et surtout aux enjeux de l’heure. Le patron de Quartier Latin international a démontré qu’il est l’un des rares musiciens congolais à s’intéresser et à suivre de près de la politique de son pays.

L’ancien étudiant le plus célèbre du Zaïre a réagi à sa manière sur le bilan du Premier ministre congolais, 1 an après son avènement à la tête du gouvernement de la République. Pas trop de pessimisme, l’artiste a estimé que le pays est en voie de sortir du bourbier. Il reconnaît au moins qu’il y a des avancées significatives pendant cette première année de Matata Ponyo. Cela, à partir d’où vient le pays. Mais, il reste encore beaucoup à faire pour développer le Congo, dixit la star.

Sans passer par le dos de la cuillère, Koffi Olomidé a toutefois regretté que le Gouvernement n’apporte aucun soutien financier aux artistes congolais. Particulièrement, le Quadra Koraman dénonce que les tracasseries que subissent les musiciens aux frontières lorsqu’ils veulent sortir pour aller en tournée à l’extérieur du pays.

‘‘On nous exige de payer une série des taxes, notamment, l’autorisation de sortir à l’aéroport de N’djili. Pourquoi et à qui profite ces recettes’’, s’est-il interrogé. Par ailleurs, la star a souhaité que le gouvernement dote des moyens aux musiciens afin qu’ils soient en mesure d’installer des studios ultra moderne au Congo, de mettre en place des usines de duplication des CD originaux pour combattre la piraterie sur le marché.

Aussi, Mopao a-t-il suggéré aux Congolais d’accorder encore une seconde chance au patron du Gouvernement. Très optimiste, Koffi Olomide espère encore au changement pour un Congo qui aspire au développement et à l’amélioration du Social du Peuple. Concernant la question sur les composantes de la nouvelle Commission électorale nationale indépendante, «CENI», le patron de Quartier Latin a estimé qu’il n’y a personne qui semble être parfait pour diriger cette institution.

‘‘Seul moi-même, je peux réussir à organiser les élections mais en 2016’’, a renchéri l’artiste. Il appert que ces propos, durs soient-ils, renseignent déjà les ambitions de Koffi Olomidé pour une carrière politique. Celles-ci ne peuvent se matérialiser qu’en 2016, année dans laquelle cette icône de la chanson a confirmé son retrait de la scène musicale. Qui vivra verra !

La Pros.