Mai 1997: Comment les fidèles de Mobutu ont failli assassiner le Maréchal

Alors que Laurent-Désiré Kabila est aux portes de Kinshasa, Mobutu Sese seko s’enfuit vers Gbadolite, puis vers le Togo et le Maroc. Le 16 mai 1997 marque le début de la fin du Léopard, qui mourra moins de quatre mois plus tard. Cette semaine, la rédaction de Direct.cd lance une série d’articles sur les derniers jours du Marechal Mobutu et son héritage en République démocratique du Congo. 

Le 16 mai, l’avion de Mobutu, en partance de l’aéroport de Ndjili, a failli être abattu par des missiles installés dans la ferme de la Lokali appartenant à Seti Yale. C’est ce qu’affirme catégoriquement le colonel Motoko. Nzimbi, le commandant de la DSP, a envoyé une jeep avec des missiles sol-air vers la ferme de Seti qui se trouve sur la trajectoire de l’avion. Nzimbi et Seti comptaient mettre l’attentat sur le dos de Kabila et de l’AFDL… (33) Prévenu, le colonel Motoko ordonna au pilote de décoller en direction de Masina et non pas de N’Sele. Après l’échec de l’attentat, Nzimbi prit immédiatement la fuite vers Brazzaville.

Le 18 mai, de bonne heure, des commandos de la DSP, envoyés au front, mais qui avaient fait marche sur… Gbadolite, se trouvaient déjà au centre-ville. Motoko a dû mettre de force le Maréchal et son épouse dans une Mercedes qui, arrivée à l’aéroport, est entrée directement dans un cargo, moteurs tournants. Les premiers hommes de la DSP venaient d’arriver près de la piste. Ils ont tiré sur l’avion lors du décollage. Arrivé à Lomé, l’appareil présenta six impacts de balles…

Ce dimanche 18 mai 1997 à 09h00, le gigantesque Illiouchine appartenant à Savimbi atterrit donc au Togo. Le cargo est rempli de malles, de boîtes, de valises, d’objets en tout genre jetés à la hâte dans l’avion. Au milieu de ce désordre invraisemblable, une Mercedes comme engloutie dans une énorme poubelle. Tout à coup, une portière s’ouvre. Lentement, une tête en sort. C’est le Maréchal. Et Mobutu de murmurer: «N’Gbanda, c’est moi…» (35) C’était lui. C’était la fin…

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire