Dans un registre plus classique, la sphère complotiste de Twitter bouillonne depuis dimanche soir en décodant la symbolique de la franc-maçonnerie dans l’intervention télévisée du vainqueur de l’élection depuis le Louvre.

Pyramide du Louvre :

Lors de son élection la nuit du 8 mai 2017, Emmanuel Macron avait choisi de tenir son discours sur l’esplanade du musée du Louvre. Ce choix peut-être stratégique, a attiré l’attention des internautes du monde entier. La raison de cet étonnement est la pyramide du Louvre même, une pyramide qui selon les complotistes fait appel aux signes maçonniques. Une pyramide haute de 666 carreaux de verres. Représentant les chiffres de la bête.

Emmanuel Macron devant la pyramide du Louvre: tout un symbole pour les complotistes./SIPA

Ses deux anneaux :

Depuis quelques temps, les deux anneaux que Macron porte sur ses deux annulaires attirent beaucoup l’attention des complotistes. Plusieurs pensent qu’il partage deux vies, deux femmes. D’autres avancent plutôt l’idée selon laquelle il serait un homos3xuel. Bien que Macron affirme que si c’était le cas, il se serait prononcé depuis. Il y en a qui voient dans ces bagues une appartenance à une société secrète.

Gigolo :

Le fait qu’il soit marié avec une femme qui a été son professeur et aurait bien pu être sa mère gène assez ces mêmes personnes. Ils n’y voient pas un acte d’amour mais une condition avec les forces du mal.

Résultats de l’élection :

Il y en a qui ont voulu interpréter les résultats donnant Macron vainqueur avec les chiffres de la bête : 66, 06% en additionnant ils obtiennent : 666.

Dans un message posté sur son compte Twitter, la présidente du Parti chrétien-démocrate a souligné que 66,06 %, le score réalisé par le candidat d’En marche ! au second tour de l’élection présidentielle, pouvait être assimilée à « 666 », le chiffre du diable pour certains.

Mais les esprits bien éveillés pourront bien voir que les résultats de Macron donnent plutôt 66, 10% et non 66.06%. Et pour les autres accusations, chacun peut procéder à des recherches sur internet pour se faire ses propres idées de la chose.