Dans un communiqué publié jeudi soir, l’Opposition Républicaine dont les délégués ont pris part à l’ouverture des travaux du dialogue national inclusif le jeudi 1er septembre à la Cité de l’Union Africaine, fait part de son «regret de constater l’ineffectivité du caractère inclusif du dialogue, notamment par la désignation unilatérale du modérateur», pour le compte de l’Opposition.

Sans nul doute, Kengo vise et conteste Vital Kamerhe, le seul, parmi les parties prenantes, à avoir pris la parole au lancement des travaux du dialogue. Kengo est tellement remonté que son regroupement politique dit «attirer l’attention de la Communauté nationale et internationale sur le fait que, si le dialogue voulu inclusif perdure dans un son état actuel, l’Opposition Républicaine se réserve le droit d’y suspendre sa participation». Une menace à prendre au sérieux.