Le « Rassemblement » attend la nomination d’un nouveau facilitateur

Alors que le Groupe international de soutien au Dialogue, la Majorité Présidentielle et une partie de l’opposition affirment renouveler leur soutien à Edem Kodjo, Le « Rassemblement » continue à attendre la nomination d’un nouveau facilitateur par l’UA.

La plateform dirigée par Etienne Tshisekedi attend surtout la transformation du groupe de soutien à la facilitation en groupe de facilitation avec un représentant des USA. Les membres du « Rassemblement » affirment soutenir mordicus que c’est « ce qui a été décidé au cours de la dernière réunion entre le groupe de soutien et le comité des sages du « Rassemblement » à Bruxelles y compris l’option levée de supprimer les travaux du Comité préparatoire ».

Quant aux mesures de décrispation du climat politique, le « Rassemblement » trouve « insuffisantes » les Ordonnances de mise en liberté de six activistes du mouvement pro-démocratie de la LUCHA. Cette plate-forme a remis au groupe de soutien une liste de 30 prisonniers politiques parmi lesquels Eugène Diomi Ndongala Nzomandu.

Ici aussi, il y a antinomie sur la notion de prisonnier politique entre les deux camps. La MP considère que Diomi Ndongala n’est pas un prisonnier politique mais un détenu de droit commun condamné à 10 ans de prison pour viol. Alors que pour le « Rassemblement », Diomi est victime d’un montage judicaire à cause de ses opinons politiques opposées à celles du camp présidentiel et est donc un prisonnier politique.

Même chose pour l’ancien gouverneur du Katanga Moïse Katumbi Chapwe, candidat Président de la République déclaré dont le « Rassemblement » exige la levée sans autre forme de procès de toutes les procédures judiciaires qualifiées « d’arbitraires et illégales » à son encontre avant la tenue de tout dialogue politique.

Avec Forum des As