La place VGH, située au cœur de la ville de Butembo a servi ce jeudi 28 juillet de cadre à un géant meeting au cours duquel le gouverneur Julien Paluku a mis plus de deux heures afin d’éclairer les esprits des habitants de cette mégapole de la province du Nord-Kivu sur les principaux enjeux tant sécuritaires, de développement et politiques en République démocratique du Congo.

Il s’agit d’un important face-face très opportun à travers lequel le Chef de l’Exécutif provincial au Nord-Kivu d’élucider les zones d’ombres des habitants sur la marche de la République et partant mettre les congolais sur le comportement à adopter pour éviter au pays le chao prédit par les semeurs du vent.

D’entrée de jeu, Julien Paluku a appelé les membres des partis politiques tant de la majorité que ceux de l’opposition à privilégier l’intérêt de la République qui constitue un bien commun en dépit des divergences rappelant le caractère communautaire des actions réalisés qui sont une évidence allusion faite aux premières artères asphaltées dans la ville de Butembo sur financement du Gouvernement Julien Paluku et le Boulevard central modernisé grâce au fonds de l’Exécutif national.

S’agissant de l’incivisme fiscal véhiculé par une certaine opinion sous prétexte quelque prétexte que ce soit, le Gouverneur Julien Paluku s’est insurgé contre ces initiatives suicidaires de certains élus rappelant que ces semeurs du vent sont pourtant les mêmes bénéficiaires des fonds collectés à partir des taxes et impôts.

Des préalables incontournables avant la tenue des élections. 

Parlant des élections, Julien Paluku, avec chiffres à l’appui, a démontré les contraintes incontournables pour l’organisation des élections apaisées.

« Pour éviter au pays les critiques et réclamations analogues à celles décriées en 2011, il est une nécessité que les Congolais se mettent au tour d’une table », a-t-il conseillé surtout que le chao.

L’enrôlement de nouveaux majeurs estimés à dix millions d’électeurs, le nettoyage du fichier électoral réclamé à corps et à cris, l’élaboration d’un  calendrier voulu consensus, la réadmission des militaires et policiers retraités sur la liste électorale, l’épineuse question du parallélisme des cartes d’électeurs  occasionné par vol des kits électoraux de la Ceni par les rebelles du M23 lors de l’occupation du territoire de Rutshuru de même que le changement des noms des provinces à la suite du tout récent démembrement de la RDC ; sont au tant des préalables pour lesquels Julien Paluku a  mis un accent sur la nécessité de regrouper les Congolais au tour d’une table.

Tout compte fait, l’Autorité provinciale a appuyé les estimations de la Ceni qui projette à seize mois la durée des opérations préélectorales dont le coup d’envoi va être donné d’ici quelque matin en commençant par la province du Nord-Ubangi.

Aux futurs, le Gouverneur Julien Paluku en a ainsi appelé à une prise de conscience de la situation du pays car la relève du pays étant l’affaire de la jeunesse.

Nécessité d’unir les forces face aux tueries à Beni

Face aux tueries qui ensanglantent le territoire de Beni, Julien Paluku a recommandé l’union des forces à l’instar de ce qui se passe sous d’autres cieux.

« La situation qui sévit dans le territoire de Beni nécessite la mobilisation de tout le monde », a indiqué le Gouverneur de la Province du Nord-Kivu avant de fustiger le fait que des Politiciens moins patriotes ont eu malheureusement pris l’habitude de marcher sur les morts.

C’est par un rappel de l’historique des guerres qui ont secoué la Province, Julien Paluku a estimé « qu’ensemble nous devons nous liguer contre le terrorisme qui guette le Nord-Kivu » avant de saluer le sacrifice des vaillants combattants des Fardc engagés dans la traque des terroristes résiduels de l’Adf-Nalu restés coincés dans le groupement de Bambuba-Kisiki, dans le secteur de Beni-Mbau du territoire de Beni.

ACP – C.L./MMC