Le leader de la secte religieuse “Bundu dia Congo”, qui s’est muée en parti politique Bundu dia Mayala (BDM), propose que soit décidée au dialogue, la mise en place d’une transition de quatre présidents représentant chacun un espace linguistique (lingala, kikongo, swahili, tshiluba).

Dans une déclaration lue par Papy Miantezolo, son vice-président, le BDM exhorte tous les acteurs politiques et la société civile à participer au dialogue.

Le BDM considère ce dialogue comme un cadre idéal de négociations d’un report consensuel des élections.

Il soutient l’accompagnement de la communauté internationale par la désignation du facilitateur et d’un panel de facilitation selon la Résolution 2277 de l’ONU, sans toutefois s’ingérer dans les affaires intérieures de la RDC.

Le BDM revendique la participation de ses délégués au comité préparatoire et une représentation effective au dialogue et souhaite que ce dialogue corrige toutes les injustices envers certaines communautés marginalisées.

Le BDM salue l’annonce du début des travaux du comité préparatoire et appelle à la mobilisation pour ce forum qui se veut inclusif.

Le BDM, créé après la dissolution du BDK (Bundu dia Kongo) est localisé dans la province du Kongo Central. Son leader, député national élu de Kinshasa 2, avait auparavant été élu de Luozi, son fief originel.