Marche du PPRD: ce qu’en pensent les congolais

La marche organisée par PPRD, samedi 4 juin dernier, a fait objet de plusieurs commentaires par les congolais. Cette manifestation est considérée comme une marche de Paix pour les uns et une activité qui a pour mission d’installer la dictature en RDC pour les autres.
Selon un groupe d’étudiants, ressortissants de Mweka, un territoire du Kasaï oriental, ils sont venus pour fêter l’anniversaire du chef de l’Etat et soutenir l’arrêt de la cour constitution concernant l’article 70.

« Nous, nous avons notre manière de faire la démocratie. Et Moi, je suis pour rétablir un royaume. Rais doit rester au pouvoir même jusqu’en 2050 parce qu’il n’y a pas des opposants valables », lâche un de ces étudiants.

Des étudiants des différents universités et instituts supérieur de Kinshasa qui étaient venus prendre part à cette marche ont signalé qu’on était allé les chercher en cour pour souhaiter anniversaire au Rais.

« Nous étions à l’université, nous avons vu des gens venir solliciter notre coordonnatrice de nous demander d’aller marcher », renseigne une étudiante de l’Ifasic, interrogée par direct.cd.

« On devait faire, quand vous descendez du bus, on vous sort le cahier, on vous appelle et si vous êtes présent on vous donne votre 2000FC », suggérait un marcheur à leur chef.

« Il savent qu’il y a certains, comme moi, qui sont venu que pour prendre l’argent et le polo. Et s’ils font cela, ils risqueraient de se retrouver eux-mêmes au lieu de chute », réplique un autre.

Pour le nouveau modérateur de la dynamique qui s’est confié à Sonia Rolley, la mobilisation du PPRD est un échec cuisant. Il estime que le PPRD n’a même pas atteint 10 000 personnes qui ont marché. « Moins de 10 000 alors qu’ils ont pris des bus d’Etat, mobiliser les recteurs d’universités, aller chercher les femmes au marché », a-t-il dit.
D’après Olivier Kamitatu, un des fondateurs du G7 dans son compte twitter, le peuple congolais n’a pas besoin de modèle. Par contre Kabila peut lui s’inspirer du Sénégal, du Nigéria, du Bénin…

« Le peuple est prêt à se dresser contre l’obstination des kabilistes à casser l’ordre institutionnel établi. Article 64 », a twitté Jean-Lucien Mbusa.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire