Le sort de Jean-Pierre Bemba en question

L’ancien vice-président et ex-chef rebelle du nord de la République démocratique du Congo (RDC) est reconnu coupable de cinq crimes de guerre ou crimes contre l’humanité commis par sa milice en 2002 et 2003 en Centrafrique, en vertu du principe de la « responsabilité du commandant ».

« Il y a deux circonstances aggravantes : la commission des crimes à l’encontre de victimes particulièrement vulnérables et la commission de ces crimes avec une cruauté toute particulière », a affirmé un représentant du procureur, Jean-Jacques Badibanga.
Après cinq ans d’un interminable procès ouvert en novembre 2010, le Congolais Jean-Pierre Bemba comparaissait de nouveau lundi devant la CPI, pour trois jours d’audience, afin que les juges puissent entendre des témoins, les réquisitions du ministère public, ainsi que les plaidoiries de la défense.
Jean-Pierre Bemba, 53 ans, a été l’un des quatre vice-présidents du gouvernement de transition de Joseph Kabila en RDC, de juillet 2003 à décembre 2006.

Le riche homme d’affaires, devenu chef de guerre, avait perdu au deuxième tour de l’élection présidentielle contre le président Kabila avant de s’établir en Europe.

Jean-Pierre Bemba a été arrêté à Bruxelles en 2008 puis remis à la CPI. Depuis, son ancienne milice, le Mouvement de libération congolais (MLC) est devenu un parti politique, le deuxième plus grand parti d’opposition à l’Assemblée nationale congolaise.

BBC

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire