Que vient faire Edem Kodjo à Kinshasa?

L’ancien Premier ministre togolais et membre du groupe des sages de l’Union Africaine a pour mission de « mener les consultations nécessaires pour le lancement du dialogue ».

Annoncé depuis plusieurs mois, ce dialogue politique se retrouve dans l’impasse, car rejeté par une grande partie de l’opposition.

D’un côté des partis comme l’Union pour la Nation Congolaise de Vital Kamerhe ou le Mouvement de Libération du Congo de Jean-Pierre Bemba, ont rejeté le dialogue. Ils soupçonnent le président Kabila de vouloir se maintenir au pouvoir après l’expiration de son second mandat fin 2016.

Dans un communiqué publié ce weekend, l’Union africaine demande à Edem Kodjo de se rendre au plus vite à Kinshasa avec pour objectif de relancer le dialogue entre le pouvoir et l’opposition.

De l’autre, l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social de l’opposant historique Etienne Tshisekedi, dit être prête à dialoguer, mais à condition que soit nommé un médiateur international.

A ce jour on ne connaît ni la date ni le format que prendra ce dialogue, et le doute plane de plus en plus sur le processus électoral

C’est dans ce contexte que l’Union Africaine à travers Edem Kodjo reprend le rôle de médiateur entre pouvoir et opposition.

Avant Edem Kodjo, c’était Saïd Djinnit, envoyé spécial des Nations unies pour les Grands Lacs qui avait tenté de relancer le dialogue.

Mais le diplomate avait vite été rejeté par l’opposition.

Ce n’est pas la première fois qu’Edem Kodjo joue un difficile rôle de médiateur.

Il y a plus d’un an, l’Union africaine avait déjà donné sa confiance à l’homme politique togolais pour dénouer la crise au Burkina Faso, après la démission de Blaise Compaoré

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire