Accusée à tord de bloquer la tenue du dialogue politique, l’UDPS se démarque sans doute ce dernier temps des autres partis de l’opposition radicale.

Son engagement pour l’organisation du dialogue est on en peut plus clair après l’annonce officielle du retour bientôt d’Etienne Tshisekedi au pays. Curieusement, les vœux du sphinx de l’opposition restent au cœur de l’actualité et de la controverse politique au sein de la classe politique. Dans un message vidéo enregistré en Belgique où il est en convalescence depuis un an et demi, Etienne Tshisekedi, 83 ans, laisse entendre qu’il rentrera bientôt en RDC et en appelle à un dialogue politique sous l’égide la communauté internationale. Ce message de l’opposant historique est différemment reçu par la classe politique selon que l’on est de la majorité ou de l’opposition.

C’était une allocution très attendue alors que son parti se déchire sur la position à tenir face au dialogue proposé par le président Joseph Kabila. Le président de l’UDPS, qui revendique la victoire aux élections de 2011, a évoqué le dialogue pour des élections apaisées en cette année 2016.

Pour le sénateur She Okitundu, de la majorité, le camp du président Joseph Kabila est réconforté par la position du président de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Etienne Tshisekedi qui, selon lui, rejoint celle de la communauté internationale.

« Sur le plan international, vous avez entendu l’appel du pape pour la tenue du dialogue. Ensuite il y a Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations unies, qui s’est exprimé dans le même sens. Et puis sur le plan interne, cette position de l’UDPS qui vient après le message clair de la Cenco [Conférence épiscopale nationale du Congo], sur le plan interne, en faveur du dialogue. Donc nous estimons qu’il y a une grande convergence, à la fois de la Communauté internationale et des forces vives du pays pour la tenue du dialogue “, a déclaré, à RFI, le Sénateur She Okitundu.

Ce n’est pas l’avis de l’UNC, de Vital Kamerhe, qui ne voit aucune convergence entre la démarche de la majorité et celle de l’UDPS.

“Dans le message du président Etienne Tshisekedi, il sera question d’éviter le chaos de 2011, ce qui est une très bonne chose. Mais en même temps, il revendique l’imperium du pouvoir! Peut-être que c’est l’occasion pour que les deux présidents se mettent ensemble pour nous créer un environnement propice pour de bonnes élections en 2016. Nous leur souhaitons bonne chance dans leur dialogue. Nous n’allons pas y participer, nous, de l’UNC, nous, de la dynamique, no.us, du Front citoyen parce que nous savons que c’est une perte de temps inutile “, a déclaré, pour sa part, Vital Kamerhe. Le patron de l’UNC fait aussi parti du Front citoyen 2016, un regroupement politiquement nouvellement créé et qui s’oppose à la tenue du dialogue. Les leaders du G7 ainsi que d’autres caciques de l’Opposition radicale se retrouvent dans ce front. L’on attend donc le retour annoncé du président de l’UDPS, en séjour médical en Belgique pour se convaincre de la vraie démarche que le Sphinx de Limete mène.

Par LRP