Chassé du groupe parlementaire UNC-Alliés, à cause de sa proximité avec le pouvoir, le député congolais  Steve Mbikayi, qui se considère toujours comme un opposant, mais avec des positionnements opposés à celle-ci, demande la mise en place d’un gouvernement de transition dirigé par l’opposition. 

En effet, dans une déclaration politique, lue hier, mardi 22 décembre 2015, par son porte-parole, le Député National Steve Mbikayi, la NCPS ne veut nullement perdre du temps. Car, pour elle, si, jusqu’au mois de janvier 2016, la République n’a pas un calendrier électoral, les élections ne pourront pas se tenir dans les délais constitutionnels. Ceci favoriserait une transition qui sera, selon Steve Mbikayi, dirigée par l’Opposition politique congolaise. Et donc, pour la NCPS, le dialogue demeure la voie indiquée pour débloquer le processus électoral en RDC. L’Honorable Mbikayi pense que le processus électoral congolais est bloqué, faute de compromis politique au sein de la classe politique congolaise autour d’un calendrier électoral global. Aussi, souligne-t-il, il y a risque de ne pas organiser toutes les élections en conformité avec les délais prescrits dans la Constitution.

D’autant plus qu’avant d’aller à des élections libres, transparentes et démocratiques, il sera indispensable de remplir certains préalables portant notamment, sur l’enrôlement de nouveaux majeurs, la recomposition du bureau de la CENI, la restructuration de la territoriale, la modification de la loi électorale pour permettre aux congolais de l’étranger de voter… etc. “Etant donné que ces préalables sont indispensables à la tenue de bonnes élections, il est urgent que les acteurs politiques se retrouvent rapidement autour d’une table, pour aplanir leurs divergences en vue de permettre l’élaboration d’un calendrier électoral conforme au compromis politique”, a indiqué l’élu de la circonscription électorale de la Tshangu.

Conscient de l’apport de chaque congolais dans la reconstruction de la République, la NCPS a réitéré sa volonté de voir un grand nombre de congolais participer au dialogue.