Antoine Gizenga : où est passé son livre d’or ?

Empli d’expériences grâce à sa longévité sur la vie politique, Antoine Gizenga, 90 ans d’âge dont une majeure partie passée sur scène, est réputé pour sa constance idéologique.

Militant de première heure de l’Indépendance, il a vécu toutes les péripéties de la politique congolaise de l’intérieur ou de l’exil au point qu’une certaine opinion lui attribue la possession d’un « livre d’or du Congo » dans lequel seraient consignés les secrets du développement de la RDC. Après plus d’un demi-siècle de lutte en faveur du bien-être du peuple, le leader charismatique du Palu lumumbiste unifié (PALU) connait mieux que beaucoup de Congolais, la recette susceptible de conduire la nation congolaise à un avenir meilleur, surtout en cette période où l’incertitude ne cesse de gagner les esprits. Et face à l’épineuse question du dialogue politique tant attendu et à la problématique de la tenue des élections présidentielle et législatives dans les délais constitutionnels, bon nombre de congolais estiment que le vénéré de Gungu doit jouer son rôle en dévoilant au grand jour le contenu de ce livre.

 

Sa formation politique a livré l’année dernière un audit général de la marche du pays à l’occasion de la célébration de son jubilé d’or à l’issue duquel le plus vieux parti politique congolais en activité a passé en revue tous les secteurs de la vie nationale. De ce diagnostic, le Palu a conclu que l’Etat congolais doit corriger les malformations congénitales qui ont toujours caractérisé ses différentes constitutions depuis 1960 à ce jour. D’aucuns pensaient que le Patriarche allait dévoiler pendant les ateliers marquant ces célébrations, le contenu de ce livre mais depuis lors, l’on attend qu’Antoine Gizenga livre à l’ensemble de la nation congolaise les secrets du « livre d’or » qu’il détiendrait. Cela au moment où sa propre formation politique est fragilisée par une guerre de leadership entre certains hauts cadres qui se disputent sa succession.

Considéré à la fois comme un cimetière et un laboratoire de connaissances, il est plus que jamais temps pour lui, au nom du devoir que doit assumer tout homme politique de sa calibre, de livrer à la nation congolaise les grands secrets de’ son «livre d’or» pour tenter de changer le cours des évènements, lui dont la capacité à mobiliser est inégalable. Pour ce faire, certains observateurs estiment que l’ancien 1er Ministre doit réussir d’abord à rassembler tous les visages de la gauche nationaliste au sein d’une dynamique politique capable de faire entendre sa voix jusqu’aux fins fond du pays. Mais au stade actuel; en lieu et place de cette’ dynamique, la volonté de Gizenga de léguer au peuple la liberté par voie des élections crédibles risque d’être trahie par les velléités tribales et ethniques, voire familiales de certains de ses proches.

 

Des occasions ratées

Durant son long et noble combat d’abord contre la colonisation et ensuite contre les impérialistes qui ont confisqué la démocratie et hypothéqué l’avenir de la nation, Antoine Gizenga a eu quelques nettes occasions dé révéler au peuple le contenu du livre d’or qu’il garderait mais il ne les a jamais concrétisées. Est-ce que c’est par inopportunité politique ?- Seul lui-même peut répondre à cette question. Mais, ce dont on est sûr, si un tel livre existait, le peuple est en droit de le réclamer.

 

Le 24 juin 1960, il a fêté, aux côtés de Patrice Emery Lumumba, la victoire de la coalition nationaliste aux premières élections véritablement démocratiques; et il a été nommé Vice-premier ministre par ce dernier. Pour revendiquer la mort de Lumumba, Antoine Gizenga s’est engagé dans un combat pour la dignité et la liberté et s’est retiré à Kisangani où il a créé la République Populaire du Congo, reconnue par 26 pays au monde. Pour bon nombre d’analystes, celle-ci était une première occasion pour lui de livrer les secrets de son livre d’or s’il en détenait un.

 

Des dizaines d’années plus tard, devenu mythique et incontournable sur la scène politique congolaise, l’initiateur de 1’«opération tremblement de terre» à l’époque du Maréchal Mobutu a été nommé Premier Ministre de Joseph Kabila au lendemain des élections présidentielles de 2006 à la faveur de l’alliance AMP-PALU-UDEMO. Durant le mandat de ses deux gouvernements (GIZENGA 1 et2), le patriarche n’a jamais fait mention publiquement d’un quelconque livre d’or qu’il détiendrait, mais seuls ses partisans propageaient cette information. Quand il quitte la Primature, la cédant à l’un de ses lieutenants, la relance économique du pays tant promise se faisait encore attendre. L’on se rappelle qu’à cette époque- là, des congolais expatriés en Angola ont été dépouillés de tous leurs biens avant d’être renvoyés au pays mains vides alors que des centaines d’autres congolais étaient constamment violées ou tuées à l’Est du pays par les rebelles menés par Laurent Nkunda et d’autres seigneurs de guerres.

 

Plus récemment, pendant les ateliers marquant le jubilé d’or de son parti, le Secrétaire général chef du Palu avait raté une énième occasion de livrer aux assistants les secrets de son livre d’or, surtout que ceux-ci étaient issus de tous les horizons politiques.

 

Plus le temps passe, plus la soif des secrets de ce livre monte et plus encore la situation politique de la RDC ne cesse de susciter des inquiétudes au regard des écarts constatés dans les discours des acteurs politiques de la MP et de l’Opposition politique. N’est-ce pas une occasion en or pour le Patriarche Antoine Gizenga de livrer les secrets du livre d’or qu’il détiendrait pour apaiser les esprits en vue de permettre un atterrissage en douceur du processus électoral actuellement bloqué ? A en croire le Secrétaire permanent et porte-parole du Palu, Lugi Gizenga, le parti cinquantenaire devra « naturellement » prendre part au dialogue politique convoqué par le Chef de l’Etat. Si cette participation se confirme, bon nombre de Congolais espèrent que ce sera une occasion pour Gizenga de dévoiler les secrets contenus sur le livre d’or dont on lui attribue la possession.

 

Par Jean Dende