Le G7, groupe des sept partis exclus de la Majorité Présidentielle en septembre dernier, affirme qu’il ne prendra pas part au dialogue convoqué par le président Joseph Kabila. 

« En ce qui nous concerne, nous avons du respect pour cette démarche-là. Mais le G7, jusqu’à nouvel ordre, n’est pas partant au dialogue », a affirmé le président de l’Union nationale des démocrates fédéralistes (Unadef), Charles Mwando Nsimba.

Plusieurs partis de l’opposition refusent de participer au dialogue que va convoquer Joseph Kabila. Selon eux, ce forum risque de favoriser le glissement du mandat présidentiel qui devra prendre fin en novembre 2016.

Par ailleurs, Charles Mwando Nsimba a indiqué que le G7 est en contact avec certains partis et plateformes de l’opposition pour élargir ses alliances. Ce groupe prône le respect absolu de la constitution de la RDC qui prévoit que le président de la République est élu pour un mandat de 5 ans, une fois renouvelable.

Le chef de l’Etat congolais a pour sa part consulté mardi 24 novembre les ministres réunis en Conseil extraordinaire sur la question du dialogue politique.

Au cours de cette réunion, il a redit son intention de convoquer bientôt le dialogue.

Le nouveau patron de la Monusco, Maman Sidikou, a de son côté, encouragé les Congolais à un dialogue inclusif « parce que la solution des problèmes du Congo ne viendra pas des Nations Unies, mais des Congolais».

Maman Sidikou a affirmé, à la sortie d’un entretien avec M. Kabila, que la Monusco a notamment pour mission d’accompagner la RDC « vers plus de stabilité ».