Lubumbashi: que cache l’embrouille entre les militants de Kyungu et l’armée?

Dans la désormais ex-province du Katanga à Lubumbashi, des échauffourées ont éclaté entre les forces de sécurité, locution utilisée ici pour la garde présidentielle, et des jeunes militants de l’Unafec favorable à Gabriel Kyungu, le dirigeant historique du parti. Mais personne ne comprend vraiment le pourquoi! Explications.

L’Unafec est l’un des membres du G7, ce groupe qui a claqué la porte de la majorité présidentielle et qui se dit, depuis, harcelé, ce que dément le porte-parole de la majorité présidentielle.

Selon le commandant de la deuxième zone de défense, dont on s’étonne qu’il soit chargé d’une telle affaire, alors qu’il existe bel et bien un police dans ce coin du pays…, il s’agit d’une simple rivalité entre factions politiques, l’objectif des forces de sécurité n’est que de rétablir l’ordre, a assuré à RFI le général Kifwa.

L’HISTOIRE.Le matin, les forces de l’ordre, toujours une locution attribuée à la garde du président Kabila, ont fait irruption au siège du parti, ils ont arrêté des militants, une quinzaine au total selon l’Unafec. Ils ont déchiré devant témoins la grande affiche à l’effigie de Gabriel Kyungu, le leader historique. Les forces de sécurité ont ensuite pris position autour du bâtiment et dispersé la foule par des tirs de sommation et des gaz lacrymogènes.

L’ARRIÈRE-PLAN. La veille, un groupe de cadres du parti s’était réuni à Lubumbashi pour nommer un nouveau président, accusant Gabriel Kyungu d’avoir violé les statuts du parti en quittant la majorité sans consultation. « Dans la nuit, des criminels envoyés par Kyungu ont attaqué la maison de l’un de nos cadres et brûlé sa voiture », explique le député Ali Bin Omari qui se présente aujourd’hui comme le nouveau leader de l’Unafec. « Mensonges », rétorquent les proches du vieux leader katangais. « Ils veulent accuser la jeunesse de l’Unafec d’être une milice, ils ne disaient pas ça quand on a fait élire Joseph Kabila dans la province », raille l’un d’eux.

TOUT À COUP, « Appel au calme ». Gabriel Kyungu a une nouvelle fois appelé ses partisans au calme hier face à qu’il qualifie de gesticulations du pouvoir. « L’objectif, c’est d’aller aux élections et d’en finir ainsi avec ces gens », précise celui qui est toujours président de l’assemblée provinciale du Haut-Katanga.

Selon la coalition de 33 ONG de la société civile pour le respect de la Constitution, le gouvernement est « responsable des violences d’hier à Lubumbashi pour avoir encouragé des dissidences, l’usage illégal des dénominations et emblèmes des partis et la tenue des congrès parallèles depuis le départ des partis du G7 de la majorité présidentielle ».
Vous avez compris quelque chose? Expliquez-nous alors.
La Rédaction,
Direct.cd

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire



Notice: get_currentuserinfo est obsolète depuis la version 4.5.0 ! Utilisez wp_get_current_user() à la place. in /home/directc/public_html/wp-includes/functions.php on line 3831