Certains cadres du G7 regagnent Kabila!

Le microcosme politique semble secoué depuis quelques temps par des déclarations politiques du groupe des 7 partis politiques à la base de la fronde au sein de la Majorité présidentielle. Certains d’entre-eux ont choisi de quitter le navire en réaffirmant leur loyauté au Président de la République et à la Majorité présidentielle.

Au congrès des dissidents de l’Alliance pour le renouveau dû Congo (ARC) ouvert samedi 7 novembre dernier à la Foire internationale de Kinshasa (Fikin), il a été surtout questions que ces assises cherchent à sauver ledit parti du tourbillon politique dans lequel il se trouve actuellement emporté. Ces membres se sont désolidarisés ainsi de leur Autorité morale, Olivier Kamitatu. L’objectif, ont-ils fait savoir, est de créer un organe qui permettra au parti de jouer son rôle au sein de la Majorité présidentielle parce que ce parti n’a jamais quitté la MP.

A l’Unafec, c’est le bouleversement. Le fief de Lubumbashi sympathise, en effet, avec l’aile gouvernementale, tenant calmement ses assises. Tandis que le PDC de José Endundo semble désormais perdre le contrôle de ses poulains alors qu’à l’Unafec du patriarche Mwando Simba, certaines informations circulent : c’est désormais un parti familial où le fils tente désespérément de battre le rappel des troupes.

Face à cette confusion, le Mouvement social pour le Renouveau de Pierre Lumbi, qui donnait l’impression d’un parti discipliné dont la plupart des cadres demeuraient attachés à leur leader, n’est, cependant pas épargné Quatre députés nationaux du Msr font actuellement allégeance à la Majorité présidentielle (MP). Ils ont donné leur position dans un discours prononcé, vendredi 6 novembre dernier au Palais du peuple, soit un jour après avoir participé à l’ouverture du congrès extraordinaire du MSR, au Centre catholique Nganda.

C’est dire que le silence aux allures d’une discipline conspiratrice observée jusqu’il y a peu au sein du Msr n’aura duré que l’espace d’un matin. Les élus Kikoka Gaytoni du Kongo central, Mavinga Domi de Tshangu, Musaga Madeleine et Muboka Masumbuko sont de ceux qui ont eu le courage de désacraliser le mythe de la discipline qui entoure ce parti.

De l’avis des observateurs avertis, le congrès du Msr a certes vécu, mais le parti montre les fissures d’une bâtisse menacée par la ruine. Dame de fer, la députée nationale Madeleine Musaga, avec insigne du parti, a fait la lecture de la déclaration de loyauté au Chef de l’Etat par certains députés et cadres du Msr, pendant que se tient à Kinshasa un congrès où tout donnait l’air de baigner dans l’huile. L’heure du bicéphalisme de ce parti a sonné consacrant désormais un monstre à deux têtes dont personne ne sait qui l’emportera. C’est dire que le mythe est tombé.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire