Ce que veut Etienne Tshisekedi!

A travers sa feuille de roule pour sortir le pays de la crise, le Président de l‘UDPS donne les indications, claires.

Après les scrutins organisés par Ngoy Mulunda, personne ne pensait que le président de l’UDPS allait accepter de s’asseoir autour d’une table avec le pouvoir en place pour résoudre la crise politique née de ces élections.

Même devant les diplomates accrédités en RDC, le Sphinx de Limete maintenait sa position. Il n’avait jamais réclamé le dialogue après ces élections chaotiques. Il a plutôt préconisé l’organisation d’un dialogue national tel que prévu dans l’accord-cadre d’Addis-Abeba de février 2013 sur la paix dans la région des Grands Lacs.

Mais Etienne Tshisekedi a plus évolué dans sa feuille de route publiée à la mi-février 2015. Dans ce document, le chef de file de l’UDPS préconise le dialogue et la mise en place d’une CENI dont les membres [seront] désignés de manière paritaire, à savoir 12 membres dont 6 [seront] désignés par le système Kabila et 6 autres désignés par le camp du changement [entendez, une opposition politique regroupée autour du leader de l’UDPS] “, soulignant que tous ces membres de la nouvelle CENI “ devront être choisis uniquement au sein de la société civile ».

Ce document retrace la position de ce parti politique sur la crise politique qui secoue le pays depuis les élections du 28 novembre 2011 émaillées par les violences.

Pour sortir le pays de cette crise, le Lider Maximo soutient la tenue d’un dialogue sous la médiation internationale en vue de définir d’une manière consensuelle le nouveau cycle électoral en priorisant la tenue de la présidentielle et des législatives nationales dans le délai constitutionnel.

Etienne Tshisekedi persiste et signe. Seul le dialogue peut résoudre la crise congolaise née des élections de 2011.

« Il y a urgence de convoquer un dialogue politique dans l’esprit de la résolution 2147 et de l’Accord Cadre, particulièrement en ce moment où le peuple congolais, ayant dépassé le seuil de tolérance, pourrait être tenté par d’autres solutions qui risquent de réduire, à néant les efforts déployés par la Communauté internationale dans le cheminement de la RDC vers un Etat de droit a dit Etienne Tshisekedi.

Ce dernier estime que c’est dans ce dialogue que les participants vont définir un nouveau cycle électoral de manière consensuelle en priorisant l’élection présidentielle qui pourra être couplée aux scrutins législatifs dans le délai constitutionnel, conformément à l’article 73 de la Constitution, au plus tard avant le 19septembre 2016.

Ce dialogue voulu par Etienne Tshisekedi doit être convoqué et modéré par un médiateur nommé par le Secrétaire général de l’ONU.

Autres axes de la feuille de route de l’UDPS?

Depuis Bruxelles où il se trouve actuellement pour les soins, Etienne Tshisekedi wa Mulumba, président national de l’Union pour la Démocratie et le Progrès(UDPS) a rendu public un document dénommé” Feuille de route de l’UDPS pour la sortie de crise “. L’UDPS souhait& dans son document, la mise en place d’un observatoire chargé de la certification des résultats des élections.

Pour Etienne Tshisekedi, cet organe sera composé dés représentants de la Monusco et ceux de la société civile congolaise, notamment l’Eglise catholique et des Ong actives en matière d’élections telles que “Agir ensemble pour les élections transparentes et apaisées “(ATEA).

Pour le Sphinx de Limete, une fois les résultats des élections certifiés, ils ne pourront faire l’objet d’aucune contestation non démocratique ou de compromissions.

A en croire le Lider Maximo, les certificateurs devront accompagner tous les stades du processus électoral et vont fournir toutes les garanties nécessaires pour la tenue d’élections.

L’Udps est prête à affronter les prochaines élections avec son joker Etienne Tshisekedi qui exige aussi la fiabilisation du fichier électoral à travers un audit externe pour garantir la transparence et la crédibilité du processus électoral.

C’est ainsi que l’Udps tient à ce qu’il ait un consensus quant aux modalités de cet audit surtout sur le choix du prestataire et la date.

S’agissant de la révision du fichier électoral, Etienne Tshisekedi tient à un fichier inclusif et nettoyé en tenant compte des nouveaux majeurs, des Congolaise de l’étranger, des non inscrits, des doublons en amont de prochaines échéances électorales.

Renforcer le mandat de la Monusco 

Etienne Tshisekedi pose encore un autre problème de taille. Il s’agit de la problématique des témoins dans les bureaux de vote. Pour lui, il faut qu’il y ait la présence des témoins et observateurs dans les bureaux de vote Il a évoqué également le problème lié à la compilation des résultats. Selon lui, il faut une solution consensuelle pour éviter les contestations futures et la fraude électorale.

Pour ce faire, Etienne Tshisekedi souhaite voir le mandat de la Monusco renforcé, pour que la mission onusienne assure la libre circulation des personnes lors des opérations électorales.

Le renforcement du mandat de la Monusco, d’après le leader charismatique, permettra à la mission onusienne d’assurer la protection efficace des civils lors des manifestations portant sur les contestations liées au processus électoral.

La Monusco doit pouvoir intervenir en faisant usage de la force pour protéger les civils contre toutes violations des droits de l’homme commises pour toute entité qui réprime les manifestations par un usage disproportionnée de la violence “, note Etienne Tshisekedi dans sa feuille de route.

Par GODE KALONJI

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire