RTNC, média mille collines

Des injures, diffamations et autres calomnies sont autorisées à la Radio Télévision Nationale Congolaise (RTNC). Cela se passe tous les samedis dans la tranche Congo Histoire animée par l’ancien griot issu de l’Institut National des Arts (INA), Lushima.

Et ça, le ministre de la Communication et des médias, Lambert Mende Omalanga ne le voit pas. Pas des blâmes. Même le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC) n’arrive pas à punir.

L’animateur de l’émission Congo Histoire raconte à qui veut l’entendre que rien ne va lui arriver. Ce qu’il oublie, c’est de se rappeler qu’il y a eu des animateurs et journalistes comme lui à la Télévision nationale, qui ont fini mal. L’histoire récente, c’est celle de l’ancien journaliste Imana Ingulu.

Fou du roi pendant la deuxième République, l’homme est mort presque dans l’anonymat. Ses protecteurs n’étaient plus là. Ce que Lushima oublie également, aujourd’hui, des instances internationales voient tout ce que les nations africaines font.

Pas plus tard qu’il y a quelques années, Charles Blé Goudé en Côte d’Ivoire se faisait passer maître en langage, mais à ce jour, il médite entre quatre murs à la Cour Pénale Internationale (CPI) en attente de son procès et de son verdict. En tout cas, l’ancien parolier de Gbagbo ne va pas s’en tirer sans lourde peine, à en croire le bureau de la Cour Pénale Internationale extension de… Lire la suite ici

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire