Majorité : la guerre des clans définitivement ouverte !

Il n’y a pas que l’opposition qui est secouée par des querelles intestines. Sa rivale, la Majorité présidentielle, vient de plonger, elle aussi et le plus officiellement du monde, dans la tourmente.

La nouvelle lettre ouverte du G7 à l’Autorité morale de la MP a achevé de mettre le feu aux poudres. Dans les heures qui ont suivi la diffusion de la fameuse lettre à travers les médias, les réactions n’ont pas tardé contre le Groupe des 7.

Un ancien membre du cabinet du Chef de l’Etat, par surcroît membre du bureau politique de la MP et personnage influent du sérail présidentiel, a qualifié l’action du G7 d’étourderie. Il a dit que ce groupe n’a fait que de ridicules redites et ne s’est pas montré capable d’apporter de nouveaux éléments au grand débat républicain du moment.

D’autre part, on apprend que des coups de fil sont partis dans tous les sens durant la journée d’hier, mettant en cause la loyauté des membres du G7 et exigeant leur indexation officielle.

Coup de frein

En réaction contre les ténors de ce regroupement considéré par plusieurs comme celui des frondeurs, est monté au créneau et s’est mis à distribuer des cartons rouges à la plupart de ses compagnons de la Majorité. Les accusant de vouloir faire couler le navire en refusant de regarder la vérité en face.

Plus aucun doute désormais. La Majorité évolue à double vitesse. Tant que l’Autorité Morale n’aura pas tranché, il y aura deux camps qui vont se livrer une guerre fratricide et atroce.
A deux reprises, l’Autorité Morale a tenté de ramener de l’ordre au sein, de ses troupes. C’était à Kingakati au lendemain des premières lettres du G7.

Lors de la rencontre décisive où tout le monde attendait le verdict final, la partie fut laissée aux soins des principaux protagonistes, sous la supervision d’un Secrétaire Général sans charisme et peu à la hauteur des enjeux.

La suite, tout l monde la connaît. Les différentes parties se séparèrent dos à dos sans que la moindre option décisive fut levée.

Aujourd’hui, la Majorité paie cash le flottement de ce jour là. Et voilà que, comme pour compliquer davantage les choses, la perspective du dialogue d’éloigne de plus en plus.

La décision de l’Udps suspendant sa participation au pré-dialogue est un coup. La 3ème lettre ouverte du G7 en est un autre. Entre les deux chocs, il est à craindre que la MP ne devienne ce Titanic fonçant droit vers l’iceberg.

A moins que le capitaine du vaisseau ne prenne les mesures urgentes qui s’imposent.

Notamment en recadrant une fois pour toutes et sans équivoque, le débat au sein de sa famille politique. Mais aussi, en trouvant très rapidement quelle issue donner au processus du dialogue qui semble avoir reçu un coup de frein inattendu.
Par LP

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire