Vers une transition de trois ans pour bien préparer les élections ?

Un député congolais d’opposition mais accusé par certains journaux kinois de rouler pour le régime du président Joseph Kabila vient de suggérer un « glissement collectif » des sept élections prévues en République démocratique du Congo (RDC) et une période de transition de trois ans afin d’organiser correctement ces scrutins.

« Sans le recensement et un fichier électoral crédible, il est impossible d’avoir des élections sérieuses (…). Par conséquent, un glissement collectif s’impose« , a déclaré le député Ne Muanda Nsemi dimanche devant la presse à Kinshasa.

« Comme les conditions pour des élections crédibles ne sont pas réunies, nous devons aller dans une transition de trois ans maximum« , a-t-il affirmé.

Pour la période de transition, il a préconisé le format d’un président issu de la Majorité présidentielle (MP, qui soutient l’action de M. Kabila), un vice-président de l’opposition et un Premier ministre de la société civile – un modèle différent de celui de la transition qui a suivi, de 2003 à 2006, la fin de la dernière guerre civile en RDC.

Le journal ‘La Tempête des Tropiques’ a qualifié jeudi cette proposition de « ballon d’essai dans le pur style du pouvoir en place« .

1 Commentaire

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire